Under Stephen King’s Dome

Moi aussi j’ai tendance à m’enfermer sous un dôme. Quand je regarde une série que j’adore par exemple, pas facile de m’en faire sortir. Et bien avec cette série révélation de l’année, ça a été le cas. En même temps avec King et Spielberg aux manettes, c’était difficile de se planter. Je n’avais jamais entendu parler du roman, ayant assez peu lu Stephen King. le seul dôme que je connaissais c’était celui sous lequel Springfield était bloquée dans les Simpsons, le film. Mais ne voyant pas Homer dans les premières minutes de la série, j’ai bien compris que ce n’en était pas l’adaptation…;-D

Under Springfield's dome

Under Springfield’s Dome – Les Simpsons, le film

Barbie, Angie, Big Jim et Julia

Chester’s Mill, dans le Maine (comme quasiment tous les romans de Stephen King – vu qu’il est originaire de là-bas) une bourgade américaine comme beaucoup d’autres. Jusqu’à ce petit matin où un gros dôme transparent vient se planter autour de la ville pour la couper du monde. Coupant par la même occasion, vous l’aurez tous vu, une belle vache en deux. Plus un élu dans la ville pour gérer la crise, si ce n’est Big Jim Rennie, l’adjoint franchement louche et avide de pouvoir. La bonne occaze pour lui… Heureusement le shérif et son adjointe son intègres. Manque de bol, le shérif ne va pas faire long feu. Et l’adjointe, trop gentille et influençable. Les habitants ? Julia Shumway, journaliste de son état, pile poil celle qui faut pour fourrer son nez partout. Surtout que son mari a disparu. Junior Rennie, le fils de Big Jim, un peu dérangé de la tête, qui ne trouve rien de mieux que de séquestrer sa copine Angie Mac Alister dans une cave (chacun son kiff). Angie justement, la serveuse qui rêve d’ailleurs, et son petit frère Joe qui va vite développer un lien particulier avec le Dôme, tout comme Norrie, échouée là par hasard avec ses mamans alors qu’elle était en route pour la maison de redressement… Doddie et Phil, les responsables de la radio locale, dont la première parvient à capter les ondes du monde extérieur. Parce que oui je vous ai pas dit, mais de l’autre côté du Dôme, ça s’affaire pas mal, ils ont même amené l’armée… L’armée d’ailleurs, c’est de là que vient Dale Barbara dit « Barbie », le bad-boy-de-service-qui-va-sûrement-devenir-le-héros-et-ainsi-se-repentir-de-son-passé-et-qui-en-plus-est-trop-beau. Il y aussi le curé, louche aussi puisqu’il trafique avec Monsieur l’adjoint, et des habitants lambda qui peuvent faire de très bons morts de base pour une première saison ! Et puis il y a aussi le Dôme, personnage à part entière…

Je plante le décor avec mon humour habituel mais sans rire, cette série, du moins cette saison, est absolument gé-ni-ale ! J’adore les persos : Big Jim joué par Dean Norris (le Hank de Breaking Bad), Barbie (Mike Vogel), est à tomber, Julia (Rachèle Lefèvre qu’on avait vue en vampire méchant dans Twilight), la bande de jeunes avec le pseudo-couple Angie / Junior et leur relation explosive,… Et quelle histoire ! Le pitch est tout simplement brillant, on n’en attend pas moins de King me direz-vous ! Moi qui avais déjà adoré toutes les adaptations télé de ses romans (le culte Ça est revenu avec Tim Curry, Shinning, la mini-série(que King lui-même avait trouvé plus fidèle au roman que le film de Kubrick et pour cause, il en a signé le scénario), Le Fléau (un peu plus longuet mais ça se tenait – avec Gary Sinise et Corin Nemec, l’inimitable Parker Lewis), même si je n’en avais lu que quelques nouvelles (Le Singe, par exemple qui m’a traumatisée et à cause duquel je fais pipi dans ma culotte en présence du moindre spécimen de ces petits gorilles à piles qui jouent du tambour…), je ressors de cette nouvelle adaptation avec une envie de lire du Stephen King, je ne vous dis que ça !

Under the Dome, c’est aussi et surtout le vaste questionnement des travers de la race humaine. Ou comment se comporte un groupe d’individus face à un tel événement qui les place à la fois en totale autonomie mais les livre aussi totalement à eux-mêmes, en proie à leurs pires angoisses et à leurs instincts les plus primitifs, dans le seul but de survivre, coupés du monde extérieur avec pour seules ressources celles de la ville au moment de l’apparition du dôme. C’est aussi, très probablement plus présent dans le roman, abordé dans quelques épisodes de cette première saison, et j’espère un peu plus dans la prochaine, la réaction du monde extérieur face à l’inconnu, l’envoi systématique de l’armée pour analyser, explorer, peut-être détruire ce dôme apparu sans raison, fait d’un matériau incertain, qui laisse toutefois passer l’air et la lumière, et qui semble doté de son propre climat…  Monde extérieur qui omet volontairement de communiquer avec les prisonniers du dôme, les en coupant encore un peu plus et les entraînant un peu plus dans ce repli sur soi. Une fois encore, comme je l’avais aimé dans The Slap, série (et roman aussi pour le coup) radicalement différente car absolument pas fantastique, l’Humain dans toute sa complexité et dans ses travers les plus sombres est mis à l’honneur et en prend pour son grade. Du grand art Monsieur King. Et une belle adaptation TV.

Reste à espérer que la deuxième saison tiendra la route car paraît-il la chaîne (CBS) a souhaité une réécriture de la fin pour en faire une seconde saison… Les fans du roman risquent donc d’être déçus… Quoique c’est King himself qui s’attellerait à la tâche…Bref tout pour avoir hâte de lire le bouquin puis de voir la saison 2 ! Vous en avez pensé quoi vous ?

Publicités

8 réflexions sur “Under Stephen King’s Dome

  1. Juliette dit :

    bah moi j’ai complètement loupé le démarrage de la série sur M6; du coup ça me faisait envie et j’attendais de pouvoir la retrouver qqpart! Tu me confirmes mon envie 🙂

Ce blog adore les commentaires, lâchez-vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s