Une quiche thon / poireaux

Hier soir – comme souvent – plus rien dans le frigo… Alors j’ai plus ou moins improvisé avec ce qui traînait dans la cuisine (quand je dis plus ou moins ça veut dire après quelques clics infructueux et un brainstorming). Et c’était bon. Alors je te partage la recette !

Avec ce qui traînait dans ma cuisine à savoir :

– 2 boîtes de thon
– 2 poireaux au bord de la fanaison
– un oignon
– des œufs (3)
– une pâte brisée (qui traînait elle dans le congèl’)
– de la crème liquide et de la pas liquide
– du gruyère râpé

Comment j’ai fait ? J’ai étalé la pâte dans un moule (trop facile!), j’ai fait cuire les poireaux avec l’oignon dans une sauteuse avec un peu de beurre et de l’eau pour que ça compote un peu. J’ai ajouté les deux boîtes de thon. J’ai fouetté les œufs dans un saladier avec un peu de sel / poivre, ajouté une briquette de crème liquide à 4% de MG et deux cuillères à soupe de bonne crème fraîche de Normandie (faut pas déconner non plus) et un peu de gruyère râpé. J’ai piqué là la fourchette puis garni ma pâte avec le mélange poireaux / thon et j’ai versé le mélange œufs / crème dessus. Une demi-heure au four et on avait de quoi becqueter jusqu’à ce midi !

Je te l’accorde, c’est pas ce qu’il y a de plus léger… Mais c’était bien bon !

Par contre le frigo ne s’est pas rempli depuis… Alors je ne sais pas ce que je vais faire pour ce soir… Il serait peut être temps de s’en inquiéter… !

Lundi avec Alice et Zaza : Ménage de Printemps

Ce lundi, je suis en vadrouille à Deauville pour le boulot, et pour une fois j’ai eu le temps de programmer mon article à l’avance. Et ce lundi, Alice et Zaza nous proposent de se donner du courage entre nous et de se motiver pour le faire en parlant Ménage de Printemps.

Le ménage, comme tout le monde, c’est pas mon truc. Il y a des choses qui ne me dérangent pas, type le repassage et récurer la salle de bains (ne me demande pas pourquoi, je n’en sais rien, mais ces deux trucs là je peux les faire sans râler), mais encore faut-il avoir – et prendre surtout – le temps de le faire. J’ai de la chance en plus, mon emploi du temps en journées continues contre celui de Monsieur qui comporte un trou en milieu de journée, nous oblige à un partage des tâches qui fait que Monsieur en fait souvent plus que moi. Une femme de ménage ? On y a déjà pensé, on aurait même le budget, mais franchement j’ai tellement honte du bordel et de la poussière (une chance que les enfants ne soient pas allergiques) de mon intérieur que je n’arrive pas à m’y résoudre. Par contre, la différence entre Monsieur et moi, c’est que quand je m’y mets, tu m’arrêtes plus. C’est bien ça le problème, il faut que je fasse ce que j’ai commencé à fond, que ça se voie, que ça brille. Du coup, revers de la médaille, je ne m’y mets vraiment, mais alors vraiment pas souvent.

Et pour que je m’y mette, il faut un déclencheur, genre un nouveau jouet. Ça tombe bien parce que je viens de recevoir mon nouveau jouet, suite à une commande sur Ventes Privées. Et ce week-end j’ai donc fait mes fenêtres du salon (pas toutes, faut pas déconner non plus – mais il faut dire que chez moi il y a trop de fenêtres, des grandes en plus, c’est bien, c’est lumineux, mais quand faut les faire c’est tout de suite moins fun…). Bref, j’ai investi dans un pistolet vapeur, et pour faire les fenêtres c’est vraiment top. Mon fils m’a dit qu’on dirait même qu’il n’y a plus de fenêtres tellement on voit bien dehors, c’est vous dire… (c’est dire aussi comment ça devait paraître dégueulasse depuis qu’on vit dans cette maison pour avoir un commentaire pareil de Petit Monsieur !).

@desperatecouchpotatoe

Il y a une fenêtre entre l’appareil et dehors. True story. Réalisé sans trucage. @desperatecouchpotatoe

Donc ménage de printemps, très peu pour moi, mais là cette année oui, enfin du moins pour les fenêtres ! Pour le reste on verra… Quoiqu’il y a (déjà) les fringues du mini à trier pour reléguer de nouveau le 0-3 mois en carton à ranger dans l’armoire du garage prévue à cet effet. Oui parce qu’en plus du bordel chronique je ne jette rien. Et n’arrive pas à me résoudre à vendre toutes les fringues de bébés… plus t’as grand, plus c’est le bazar en fait.

@desperatecouchpotatoe

Maintenant je m’attaque aux housses des tabourets #motivee @desperatecouchpotatoe

Bonne semaine à tous !

Lundi avec Alice et Zaza : Des livres dans ma cuisine

Aujourd’hui, enfin hier, il fallait bien que ça arrive un jour sur ce RDV là aussi (je suis incorrigible), Alice et Zaza nous proposent d’échanger nos bonnes recettes, avec nos livres de cuisine !

l'anarchie dans l'étagère (et en dehors...) @desperatecouchpotatoe

l’anarchie dans l’étagère (et en dehors…) @desperatecouchpotatoe

Alors, les livres de cuisine et moi c’est une grande histoire d’amour. Tu vas te dire qu’est ce qu’elle doit cuisiner celle là ! Mais non, pas tant que ça, comme souvent dans tous les domaines, j’ai beaucoup d’ambitions, et des résultats bien moindres… Donc, des livres de cuisine j’en ai plein. Mais alors vraiment plein. Trop. J’en ai une étagère pleine à craquer, ça déborde de partout, au-dessus, sur les côtés, etc… Je pense même à investir dans une petiote bibliothèque à fixer au mur, rien que pour eux.

Je te vois venir, tu vas me demander si je m’en sers… Soyons honnêtes, il n’est pas un repas prévu sans que j’en regarde deux ou trois. Même si souvent à l’arrivée ça va se finir sur Marmiton… D’ailleurs je me suis fait un classeur pour les recettes que j’imprime chez Marmiton. Et chez Mercotte. Et chez Nelly. Oui tu as compris, je me refais une nouvelle bibliothèque avec les recettes imprimées… Je te l’ai dit je suis incorrigible. Mais je les aime bien mes livres de recettes. Même si je vais parfois en acheter un juste parce que la couv est belle. Ou juste pour une recette dedans. Ou juste pour… des fois je ne sais même plus pourquoi… Et parfoir je me souviens d’une recette. Je la cherche. Je les feuillette un par un. Et c’est long, de les feuilleter un par un. Surtout que dans ma collec’, j’ai aussi des magazines. Tu sais les « Vie Pratique », les « Gourmand », les « Carrefour Market Magazine ». Ça prend du temps à feuilleter les magazines.

Si je devais n’en garder qu’un…. Non en fait c’est pas possible. Mais si il fallait vraiment, je garderai le Françoise Bernard. Une référence, celui que ma Maman m’a acheté, le même qu’elle, celui avec tous les bons classiques et les réponses aux questions les plus bêtes en matière de cuisine. Car en matière de cuisine vois-tu, ici c’est pas Top Chef.

@desperatecouchpotatoe

Recettes Faciles de Françoise Bernard, un classique – @desperatecouchpotatoe

En Pâtisserie, ça va, je me débrouille. Il faut dire que j’ai fait la Masterclass. Mais j’évite les fantaisies, je suis souvent la recette à la lettre. Faut bien les rentabiliser tous ces bouquins !

Et tu sais quoi, les blogueuses, c’est fou, sont particulièrement raccord cette semaine. En effet, le thème du projet 52 de Milie, cette semaine, enfin la semaine dernière (in-cor-ri-gi-ble), c’était gourmandise. RDV dans le billet de juste après pour ma photo de la semaine dernière !

Bonne semaine à tous !

Les Mirlitons de Rouen

Ça faisait longtemps une petite recette non ? En bonne normande je vous propose donc aujourd’hui une recette bien de chez nous, celle des Mirlitons de Rouen. Rouen est une ville magnifique que je vous invite à visiter si vous passez par la Normandie. J’y ai habité quelques années, et le cadre de vie est assez agréable, une ville étudiante relativement dynamique, un panel culturel varié avec Cinémas, Opéra, la seconde plus grande foire (au sens fête foraine) de France, pléthore de Musées et maisons d’illustres (Corneille, et Flaubert entre autres, excusez du peu) et sans doute laplus belle cathédrale de France du monde, dont je vous reparlerais dans quelques jours. S’ajoute à cela donc une gastronomie spécifique avec ses plats à elle, comme le canard au sang appelé aussi le canard à la rouennaise, et les fameux mirlitons. Alors comme on dit chez nous, qu’est ce que c’est ti que ça les mirlitons ?

A la base, c’est une recette inventée pour ne pas perdre les restes de pâte feuilletée. Ce sont des tartelettes garnies d’un appareil de sucre et de poudre d’amandes. Au XIXème siècle, les tartelettes sont très répandues, mais les mirlitons de Rouen vont vite être très réputées grâce à leur composition qui inclut notre bonne crème normande.

La recette est celle que j’ai trouvée dans le livre pour enfants « Tes premières recettes normandes »(deux volumes), édité par La Petite Boîte, un éditeur basé à Rouen (comme par hasard !) qui édite des livres touristiques sur toutes les destinations. La version recettes est d’ailleurs déclinée pour pas mal de régions . Vous pourrez donc la tester avec les petites mains sans problème !

Ingrédients Mirlitons

Ingrédients Mirlitons

Ingrédients :

– 1 rouleau de pâte feuilletée ou une pâte maison
– 2 œufs
– 2 cuillères à soupe de crème fraîche de Normandie
– 125 g de sucre cristallisé
– 50 g de poudre d’amandes
– 6 amandes entières (moi je n’en avais pas donc j’ai fait l’impasse)
– Un peu de sucre glace

+ Des moules à tartelettes

On découpe d’abord 6 ronds de pâte feuilletée un peu plus grands que les moules à tartelettes, et on les place dans chaque moule. En même temps on préchauffe le four.

On sépare ensuite les blancs des jaunes et on bat les jaunes à la fourchette avec le sucre cristallisé. On ajoute al poudre d’amandes e ton mélange. Puis on rajoute la crème et on re-mélange.

On bat les blancs en neige ferme et on les ajoute délicatement à notre appareil.

Mise à contribution des petites mains !

Mise à contribution des petites mains !

Il suffit enfin de garnir nos moules avant de saupoudrer au sucre glace et de décorer chaque tartelette avec une amande entière.

25 minutes à thermostat 7 (200°C) et c’est prêt !

Pas plus compliqué que ça et parfait pour le goûter ! Bon appétit !

Ça vous tente ? Et vous, quels sont vos desserts régionaux bien de chez vous ?

J’ai testé pour vous… Les spéculoos (presque) faits maison !

Trop occupée à rattraper mon retard télévisuel sur Vampire Diaries pour découvrir les nouveautés, j’ai troqué coté blog ma casquette de patate de canapé contre celle de bonne petite maman. Mais rassurez-vous, j´ai quelques séries en stocks sur lesquelles donner mon avis prochainement ! En attendant place à la cuisine…

Joli cadeau de Noël dans sa boîte anglo-vintage, j’ai donc testé récemment les spéculoos home-made !


Qui sera le prochain grand pâtissier ?

Qui sera le prochain grand pâtissier ?

C’est la marque Quai Sud qui propose ces petites préparations bien pratiques pour les (non)pro de la cuisine et autres patates-de-canapé-flemmardes…! Une occasion par ailleurs au vu de la facilité d’utilisation de faire participer la marmaille !

Pour la réalisation, rien de plus simple, on mélange le contenu de la bouteille (qu’on conservera pour faire un vase ou pour toute autre utilisation #DIY ! ) et on ajoute les ingrédients frais tels que l’œuf et le beurre, ainsi qu’une pincée de sel. On mélange bien le tout et on obtient une pâte peu ragoutante de visu mais qui fleure bon les épices… !

On travaille cette pâte pour en faire un boudin, qu’on filme pour la mettre au frais au moins 10 heures, de manière à ce qu’elle durcisse suffisamment pour se tenir lors de la découpe des biscuits.

On découpe enfin le boudin en rondelles pour former les petits biscuits, qu »on enfourne une dizaine de minutes. Et voilà les bons spéculoos presque maison !

Pour le goût ce n’est pas le même que ceux qu’on achète dans le commerce, mais un bon goût d’épices qui passe également très bien avec un petit café ! Bon appétit !