Lundi avec Alice et Zaza – Préparatifs de rentrée…

Ce lundi, Alice et Zaza nous font plancher sur les préparatifs de rentrée… Pas facile pour la non pro de l’organisation que je suis ! Déjà je ne suis pas trop encore dans l’ambiance, les vacances n’étant en effet pas finies pour moi (le bon côté des choses quand on a ses congés plus tard que les autres, c’est de les voir tous s’affairer à la rentrée quand toi tu as encore les doigts de pieds en éventail !). Mais il va bien falloir s’y mettre car Monsieur a repris deux jours après notre retour de vacances, Petit Monsieur comme tous les enfants fait sa rentrée jeudi, et la météo d(‘aujourd’hui a décidé de me rappeler que septembre est proche, et la rentrée avec. Et pas n’importe quelle rentrée…

Le CP, ça devient sérieux. Non pas que ça m’inquiète pour lui, il sait déjà quasiment lire, additionne des nombres à deux chiffres, soustrait des opérations simples et a compris le principe de la multiplication (quand moi je galère encore à faire une fraction…). Bon après il va falloir gérer son attention, l’effet girouette et sa sensibilité à fleur de peau… Et là c’est un peu plus coton…!

CARTABLE

Du coup on a acheté un cartable. Et ça ça fout un coup, la preuve je t’en ai déjà parlé… Je suis en boucle, car mon bébé rentre au CP. Il va y avoir besoin d’organisation, justement. Des devoirs à faire, des plannings à gérer plus sérieusement et ça ça craint carrément pour mon matricule. Je t’ai dit que je n’étais pas organisée ?

Heureusement j’en ai encore un à la crèche. Un qui a compris que Maman ne voulait pas qu’il grandisse trop vite car à bientôt deux ans la communication verbale est encore précaire si on compare avec son frère qui parlait couramment à 18 mois !

Et puis cette année, il y a les changements au boulot. La fusion des collectivités locales. Et à 3 mois de cette fusion on  ne sait toujours rien sur le devenir de nos postes. Sauvés c’est une chose, mais mangés à quelle sauce, on se le demande encore. Une lueur d’espoir cette semaine lors d’une discussion avec mon probable futur directeur qui laisse entrevoir que certains ont compris les manigances des autres, reste à espérer qu’en ressortent mieux les compétences face aux magouilles et rien n’est moins sûr…

Alors question préparatifs, tout est à la ramasse pour moi ! Le cartable est prêt à rouler dans la cour de l’école, le souvenir de vacances pour ma collègue prêt à lui être remis le jour de ma reprise, mais le planning de crèche encore à faire… Finalement on s’en sort pas mal cette année ! Bonne semaine à toutes et à tous !

Lundi avec Alice et Zaza – Point résolutions de mi-parcours !

Bonjour à toutes et à tous ! On se retrouve pour le billet du lundi, et je suis bien embêtée car Alice et Zaza nous proposent cette semaine de faire un point sur nos résolutions de l’année ! Et comme je vous le dis chaque année dans le billet du lundi consacré aux bonnes résolutions, je n’en prends jamais ! Pas facile donc de faire un point !

Et si on devait faire le point sur les défis perpétuels de l’année, je ne suis pas plus avancée car cette année, ce que j’aurais aimé c’est avoir une maison mieux rangée, et elle ressemble toujours à une halte garderie, et encore une sans assistantes maternelles, une où les enfants régneraient sans personne pour ranger derrière. D’où le non aboutissement du second défi permanent, c’est à dire moins râler derrière eux ! L’éducation bienveillante et moi ça fait vraiment deux quand il s’agit de ranger ses jouets…

Professionnellement ce n’est pas mieux. A la veille d’une fusion, je ne sais toujours pas quel est l’avenir de mon poste, je sais que je vais garder un emploi certes, mais où, comment, avec quelles responsabilités et quels enjeux, aucune idée. Pas très réjouissant quand on sait que les stratégies de l’année suivante commencent à se travailler en août…

Niveau santé j’espère que les grosses inquiétudes du début d’année pour Monsieur puis pour moi, puis de nouveau pour lui resteront derrière nous pour un très long moment, même pour toujours, ce serait bien. En tous les cas ça nous aura permis de prendre les choses plus au sérieux, et de consulter au moindre doute. En espérant ne pas en devenir hypocondriaque…

Le sport, sans me lancer le moindre défi, j’en ai fait un peu ces six derniers mois ! J’ai même installé Runtastic sur mon smartphone… En course je suis une buse, et l’appli me conforte dans cette idée, alors je ne sais pas si c’est très motivant finalement… !!

Voilà le point sur les résolutions permanentes ! Toujours la course après le temps, la lutte contre la procrastination, et essayer de garder la banane au quotidien. Bref toujours pas de résolution  ferme mais quand même de beaux défis à vivre au quotidien !

Voilà donc sans prendre de résolution où on peut en être à mi chemin de l’année ! Une année que je vous souhaite riche et belle pour sa deuxième moitié !

Lundi avec Alice et Zaza – Coquillages et crustacés…

Ce lundi pour le rendez-vous hebdo avec Alice, Zaza et les copines du lundi, ça cause fruits de mer… Et comme souvent quand il s’agit de bouffe, je ne vais pas être très loquace… Je t’en ai déjà parlé quand il était question de petits plats d’été, de petits plats d’automne ou encore de plaisirs salés, je suis du genre très difficile. Et comme la vie est mal faite, tout ce que je n’aime pas est bon pour la santé ou tout au moins pour la ligne…

En ce qui concerne les produits de la mer, j’adore le poisson. Avec un père qui pêche ça aurait été ballot… Et avec ça il le cuisine à merveille. Donc le poisson oui j’aime. Mais les fruits de mer, c’est une autre limonade…

la-chanson-de-la-rentrecc81e_n

Petit à petit j’ai réussi à en aimer quelques-uns : les moules (à la crème of course en bonne normande), les crevettes et les bouquets, les coquilles Saint Jacques mais sans le corail, les pétoncles (au beurre d’escargot de papa, un délice !) éventuellement du crabe mais que les pattes, et puis c’est à peu près tout. Au grand damn de mon homme qui à cause de moi ne profite jamais du beau plateau de fruits de mer au restaurant (et non, ne comptez pas sur moi pour faire un effort !). J’ai même déjà mangé du homard et je n’ai même pas aimé. Irrécupérable…Un paradoxe puisque j’aime bien aussi profiter d’une pêche pieds…!

Voilà, donc ma contribution de la semaine ne sera pas très prolifique, et sera peut être même un brin dénuée d’intérêt, je vous laisse en juger et me dire si les fruits mer, à vous ça vous parle ! Bonne semaine !

Lundi avec Alice et Zaza – Fenêtre sur…

C’est drôle que ce thème ait été choisi par Alice et Zaza pour ce lundi parce que justement avant-hier, voici ce que j’ai vu par la fenêtre de ma cuisine :

#vivrealacampagne @desperatecouchpotatoe

#vivrealacampagne @desperatecouchpotatoe

J’avais pourtant prévu de vous montrer la vue depuis mon bureau, une vue presque sur mer (presque car cette dernière est cachée par la digue, et encore u peu plus par l’installation des cabines de plage dès la fin avril), mais j’ai oublié de vous la prendre en photo. Alors voilà, ce sera ces oies qui n’étaient jamais passé par là… C’est chouette de vivre à la campagne ! Le reste du temps, et depuis peu, un portail nous coupe la vue de cette rue régulièrement, et tant pis pour ce genre de rencontre, car c’est bien agréable de ne pas se sentir épiés. Nous sommes en effet sur un chemin propice à la randonnée et avons une belle maison, alors les groupes de randonneurs qui s’arrêtaient devant pour regarder, voire carrément prendre des photos, pendant qu’on mangeait dehors ou  qu’on profitait du jardin, les voitures qui ralentissaient et moi qui me précipitait pour aider, n’ayant comme réponse qu’une redémarrage en trombe ou un « non, on regardait juste votre maison », ça allait cinq minutes. Pour vivre heureux vivons cachés ! Un portail d’un mètre soixante suffit 😉

Et puis pour la vue, il nous reste les baies vitrées du salon :

#vivrealacampagne (2) @desperatecouchpotatoe

#vivrealacampagne (2) @desperatecouchpotatoe

Lundi avec Alice et Zaza – Histoire(s) de Job

Cette semaine chez Alice, Zaza, et toute la compagnie, on cause boulot. Alors au boulot !

Quand j’étais petite, comme tous les gamins, à l’image de mon Petit Monsieur qui oscille en ce moment entre vétérinaire et caissier, je changeais tous les jours d’idées métier. Celles qui m’ont tenu le plus longtemps sont chanteuse, journaliste, monteuse et archéologue. L’archéologie revêtait un aspect scientifique hors de ma portée, le journalisme a été réduit à une voie de garage par un manque de confiance issu d’un Bac de français foiré (je te dis pas comme j’en ai voulu à l’examinatrice de l’oral quand plus tard je renouais avec de bonnes notes en rédactionnel…), le montage n’a pas voulu de moi en BTS malgré un Bac Cinéma audiovisuel en ma faveur, et j’ai fui le casting de la Nouvelle Star auquel j’étais inscrite en voyant la queue devant M6… Il me restait donc le Tourisme.

Mon travail, j’en parle souvent ici, la plupart du temps pour m’en plaindre… C’est vrai il me prend beaucoup de temps, ne me donne pas beaucoup d’argent, et me cause pas mal de fil à retordre… J’aime mon métier mais j’ai souvent du mal avec mon travail. Mais au final on dira que c’est la combinaison des deux qui est stimulante. Je suis chargée de mission dans le monde merveilleux du Tourisme. Et responsable d’un petit Office de Tourisme. Responsable, c’est comme directrice, juste le salaire en moins. Pratique pour les petites structures qui n’ont pas de budget. Du coup je suis polyvalente. Je fais quasiment tout, de la stratégie générale à l’accueil du touriste, du développement numérique au collage d’affiches (des fois même aussi je fais le ménage, c’est dire…). Des fois même, quand le budget est au beau fixe, je fais DRH et je gère une équipe. Ce descriptif te donne à la fois les avantages et les inconvénients de mon métier. Avantages, faire plein de choses tout le temps, être au cœur de l’action et dans la prospective, le développement, connaître le touriste pour mieux le servir (la plupart des directeurs en office de tourisme ne font pas d’accueil, les mêmes qui sont censés savoir et te dire ce que les touristes veulent et pondre des supports de communication dont les conseillères en séjour (c’est comme ça qu’on appelle les agents d’accueil maintenant, à l’instar des techniciens de surface – sauf que pour elles le métier a réellement changé, évoluant de distributeur de brochures à vacances-planner) se servent à l’accueil. Inconvénients, devoir tout survoler pour tout faire vite, porter la responsabilité de tout (quand ça marche pas) mais jamais trop de mérite (quand ça marche), batailler pour faire passer des idées au profit des visiteurs quand l’élu ne voit que par le local l’électeur… Pas facile tous les jours, mais je l’aime bien mon poste de responsable d’office de tourisme de petite structure. Et j’aime bien surtout le territoire sur lequel je bosse, un territoire rural où tout reste à faire et où le travail que je mène depuis 10 ans porte ses fruits petit à petit. Une vraie satisfaction de voir des touristes de plus en plus nombreux, de plus en plus fidèles, et des prestataires dont le business marche, surtout à notre époque. L’an prochain la réforme territoriale passera par ce territoire. Une fusion pour un territoire toujours rural (nous échappons à l’absorption par l’agglomération voisine), mais trois fois plus grand d’autres élus, tous avides de mandats, de pouvoir et d’indemnités diverses et variées. Avec d’autres collègues, moi issue d’une association, et les autres, tous fonctionnaires, avec des dents plus ou moins longues, avec des titres justifiés ou non, et des compétences venues de partout… J’ai étudié dans le tourisme jusqu’à Bac +4, et je risque d’avoir en direction un fonctionnaire qui a pour bagage des marchés publics et de la compta. Et de gentiment me dire de rester derrière mon comptoir distribuer des brochures qui ne seront même pas pratiques pour renseigner mes touristes. Alors là question job, j’ai les boules. Et ça m’énerve. Punaise je te raconte ma vie… Passons à la conclusion, donc…

Si j’avais su que ça existait, je serais plus allée vers l’infographie. Mais le CIO de ma ville, à part me faire faire un test sur ordi pour me dire que je n’étais pas faite pour les métiers altruistes (oups) et que je devais aller vers une voie artistique, ce à quoi la conseillère m’a dit « Ça tombe bien, tu fais option Cinéma ! Deviens intermittente du spectacle ! »… Bref, j’étais mal barrée. Mais dans le tourisme, on étudie pas mal l’art, et l’archéologie de fait, et puis au pire je pouvais essayer animatrice au Club Med ! J’ai donc fait Tourisme. BTS Tourisme (j’aurais pu faire Miss France tu vois).  Et après j’ai fait une maîtrise (séquence je me la pète : Mention Très Bien) dans le Patrimoine et l’Environnement. Et j’ai fait un stage, qui m’a permis de trouver mon job. Et je me suis formée en continu dans les métiers du E-Tourisme, en gros le numérique appliqué à la promotion touristique. Et là, enfin, je suis dans mon élément : je fais du journalisme, car je suis reporter de territoire, je fais du montage, car je réalise des petites vidéos pour le boulot, je fais de l’archéologie quand je cherche désespérément des infos sur un bled paumé pour en faire une visite guidée, et même de l’infographie car quand t’as pas de budget tu fais tout en interne (avec des logiciels de merde mais quand même…).

Bref à l’arrivée, je fais tout ce que je voulais faire, même si c’est avec peu de soutien et de reconnaissance, et au prix de pas mal de choses. Bon, j’ai abandonné la chanson mais il me reste toujours le karaoké…