Lundi avec Alice et Zaza… La tête dans les nuages

Ce lundi, c’est du ciel dont il sera question dans nos bavardages hebdomadaires avec Alice, Zaza et les copines du lundi… Nuages, cerf-volants, étoiles filantes, pleine lune, couchers de soleil, comme l’a sous-titré Alice, nous avons l’embarras du choix !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bonne normande, côté ciel j’en connais un rayon (sans mauvais jeu de mots ^^), un des slogans de ma région natale est d’ailleurs que « chez nous il fait beau plusieurs fois par jour ! » Et ce n’est pas pour nous déplaire, car on s’adapte à peu près partout niveau météo, ce n’est une grisaille qui nous fera peur ! Ce n’est pas pour rien si la lumière normande a séduit nombre d’artistes, et pas que des impressionnistes ! Là-bas la le paysage change en permanence, à la faveur des variations de couleurs du ciel. Et parfois même ce ciel se charge non pas de grisaille, mais de charmants hôtes hauts en couleurs… Et la ville où je suis née en est la capitale mondiale. Qui sont-ils ? Les cerf-volants ! Et cette année se tenait donc à Dieppe comme tous les deux ans le festival international de cerf-volant. Invité d’honneur, le Canada, invités habitués, tout plein de pays du monde, et leurs œuvres extraordinaires. Compétitions de bolides de combat, ateliers pour enfants, rencontres insolites (j’ai parlé japonais Messieurs Dames pour répondre bonjour à une dame de la délégation!).

Bref j’adore prendre un bol d’air à Dieppe pour le festival de cerf-volants. Et prendre par la même occasion quelques photos ! Et fierté absolue, Seine-Maritime Tourisme en a re-posté une sur son compte Instagram ! C’est pas la grande classe ?

2016-09-26_1919

Lundi avec Alice et Zaza – Ma Normandie Impressionnante

Demander à une professionnelle du tourisme ses conseils visites, c’est prendre le risque d’un billet à rallonge… C’est pourtant ce qu’Alice et Zaza demandent cette semaine aux participantes des Lundis à deux. Et comme j’en fais partie, vous prenez donc aujourd’hui également, en me lisant, ce risque !! C’est pourquoi je ne vous parlerai pas du coin où je travaille. C’est certes une destination incontournable qui vous plairaît, mais je ne veux pas tomber dans l’automatisme  de la prose lyrique par déformation professionnelle…

Des coins sympas pour faire tourisme par chez moi, je pourrai vous en citer des tonnes. D’ailleurs j’ai commencé à le faire tout récemment en ouvrant un blog pour l’office de tourisme dans lequel je travaille ! Histoire de changer du ton académique imposé par les institutions. Je pourrais piocher dedans, vous faire un copier-coller mais j’avais envie de vous parler du coin d’où je viens, par là où je suis née. Je suis née à Dieppe, dans la Normandie du haut, la Normandie hostile, celle qui excelle en auto-dépréciation, celle qui s’appelait encore il y a quelques temps la Seine-Inférieure (avouez que ça donne envie !). Et tout près de Dieppe, il y a ce joli village, qui résume à lui seul le slogan que le comité départemental de Seine-Maritime s’est brillamment trouvé : La Normandie Impressionnante.

Ce village s’appelle Varengeville-sur-Mer. Ça te dit quelque chose ? Tu as peut-être donc vu la dernière édition du Village préféré des français. C’est en effet ce joli village de la côte normande qui représentait pour la première année la Normandie officiellement réunifiée (note au passage qu’au niveau touristique, les normands, eux sont déjà réunis depuis longtemps puisqu’il n’y a toujours eu qu’un seul comité régional du Tourisme).

2016-06-22_1018

Varengeville-sur-Mer est un village perché en haut de la falaise. Une falaise certes moins haute qu’à Etretat (qui elle-même en a de moins hautes qu’un peu plus haut à Criel sur Mer, là où elles sont réellement les plus hautes soit dit en passant, rendons à César…) mais non moins belle, mêlée d’argile qui donne à la craie des reflets ocres et à la faune et la flore de là-haut des particularités uniques). Sur cette falaise, il y a cette église, et son cimetière marin, visité par des milliers de touristes chaque week-end pour voir les fabuleux vitraux de Braque, qui gît d’ailleurs ici-même en compagnie du compositeur Albert Roussel, excusez du peu.

Varengeville est suivie de « sur mer », et pourtant la mer y est bien absente, à part vue du haut de cette falaise depuis le cimetière marin. Mais il vous suffit d’explorer les ruelles et de suivre les directions « La Mer » pour y accéder. Attention, ça se mérite, si vous êtes à pieds ça fera une petite trotte… Mais pénétrer dans les valleuses, mini vallées nées du ruissellement dans la falaise, comme de petits canyons qui mènent tout droit à de petites criques sur la mer, ça n’a pas de prix. A vous coquillages et crustacés pour reprendre le thème de la semaine dernière, pour une pêche à pieds dans les rochers ! Car oui, je le précise, en Seine-Maritime nous avons des plages de galets (un peu de géologie pour les novices : dans la craie de la falaise il y a des couches de silex d’époques lointaines. La falaise tombe par pans dans la mer, avec ses couches de silex qui se retrouvent polis par les vagues : d’où les galets. CQFD)

IMAG0390

Les Falaises de Varengeville sur Mer @desperatecouchpotatoe

Côté mer c’est déjà magnifique tu vois. Et côté terre ? Côté terre, Varengeville est rurale. Des champs à perte de vue si tu t’aventures de l’autre côté du village. du colza, du lin (à voir surtout en ce moment pour ce bleu si particulier qui ne se fera admirer qu’une quinzaine de jours, romantique non ?), du blé, j’en passe, bref, toutes les cultures et leurs palettes de couleurs propres à la Normandie. Et puis il y a les jardins. Oui tu as bien lu, les jardins. Pas moins de trois, si on ne chipote pas sur les limites administratives. Le Vasterial est en effet à sainte Marguerite sur Mer, mais le hameau de Vasterival commence à Varengeville, donc c’est presque pareil non ? Vasterival c’est le jardin créé par feu la princesse Greta Sturdza et c’est un vrai jardin de princesse pour le coup… Fantasmagorique ! On s’attend vraiment à y croiser des licornes, tellement son univers nous absorbe. Revenons à Varengeville et ses jardins, avec le parc des Moutiers. Le plus connu de la région. 12 hectares de promenade, des rhododendrons à faire tomber Stéphane Marie, des hortensias de fou, cette sublime maison Arts and Crafts, et au loin ce petit dégagement en vue sur mer et sur l’église. ce n’est pas un hasard si Wim Wenders y a tourné des scènes son dernier film, excusez du peu, encore une fois. A voir toute la saison, mais je vous conseille mai parce que je suis une fan des rhodos… Enfin, le jardin Shamrock, collection nationale d’Hydrangéas. Je t’en parlais l’an dernier justement, quand je l’ai visité. Je ne vous parle même pas des jardins privés que vous apercevrez le long des rues…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le patrimoine ? Il y en a aussi. La mairie restaure actuellement avec la Fondation du Patrimoine la Grange Lourette, un bel exemple d’architecture agricole. La maison du Parc des Moutiers, je t’en parlais plus haut est juste magnifique, et tu peux la voir juste en passant devant le parc (cadeau!). Le Manoir d’Ango (armateur et corsaire local), joyau de la Renaissance française, abrite quand à lui l’un des plus beaux pigeonniers du monde, avec une polychromie remarquable grâce à l’utilisation de divers matériaux vernaculaires. C’est beau ! Je t’ai parlé de l’église, on connaît moins la chapelle, portant c’est Braque aussi qui en fit les vitraux, et qui aida même à sa construction. Certaines rues abritent des maisons de toute beauté, quand on peut les voir, car Varengeville reste aussi très secrète, mais cela fait aussi son charme. Pour l’anecdote rigolote si tu croises une superbe maison normande à pans de bois sur la route de l’église, elle aurait appartenu à la chanteuse Jeanne Mas, c’est un local qui me l’a dit…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et puis il y a ces petits commerces atypiques, comme ce petit potager à l’entrée du village, ces salons de thé, près du château, cette boutique d’articles en lin bien nommée Lin et L’autre, cette pâtisserie qui fait la meilleure tarte normande du coin, …

Hein que tu as envie d’y venir en vacances maintenant ? Hein toi non plus tu ne comprends pas pourquoi ce village s’est retrouvé huitième au Village Préféré des Français et pas dans les cinq premiers ? La faute à l’auto-dépréciation normande dont je parlais au début, sans doute…

IMAG3317

Le Jardin d’Auguste – @desperatecouchpotatoe

Et voilà j’ai quand même fait dans le lyrique avec un billet à rallonge… ! Bonne semaine à tous !

Une journée parmi les Bisons… en Normandie

Il est un coin en Normandie, où l’on se croirait en Amérique, l’Amérique des grands espaces, des cow-boys et de la Country Music… Ce petit coin se trouve à Muchedent, en Seine-Maritime, et abrite le plus grand élevage de Bisons canadiens d’Europe. Et si vous allez dans ce coin là, je ne saurais que trop vous conseiller d’aller y passer un moment en famille !

Nous sommes arrivés en fin de matinée, pour un apéritif en terrasse, avec vue sur la vallée de la Varenne et les kayaks qui la descendent. Des kayaks que vous pouvez louer sur place pour une descente tranquille sur quelques kilomètres, puis un retour à vélo par la route, une formule très sympa à tester la prochaine fois !

Nous avons ensuite pu déguster la production de l’élevage au restaurant du domaine. Car Rêve de Bisons, c’est comme ça que les lieux se nomment, n’est pas qu’un site de visite et de loisirs, c’est aussi un site de production et de restauration. J’ai pris un plat de bison mijoté à la bière, un vrai régal. La carte propose du bison sous toutes ses formes, de la charcuterie pour l’entrée, à la belle entrecôte pour les gourmands. Le menu enfant propose le steak haché ou hamburger frites. Et vous pouvez y aller sans scrupules, car la viande de bison est beaucoup moins calorique que le bœuf ! Le restaurant nous plonge direct dans l’ambiance. C’est un bâtiment bois surmonté d’un tipi, à la déco intérieure très « trappeur canadien » : têtes et peaux de bison, peaux de loups et d’ours, castors et ratons-laveurs empaillés, totems d’indiens, et tout en bois. L’accent québécois te viendrait tout seul, tabernacle !

Après une digestion tranquille à l’ombre d’un tipi installée à l’entrée du restaurant et un petit tour, nous avons pris place pour la visite de 15h30, à bord de grosses remorques tirées par des jeeps militaires, en compagnie de notre guide. Après une longue montée secouante, qui a fait se tordre de rire mon Mini Monsieur (car oui, à Rêve de Bisons, mon bébé de 10 mois en poussette a pu lui aussi profiter du spectacle), nous pénétrons dans le domaine. Un troupeau de 300 têtes, en pleine période de rut (là on fait moins les malins, surtout quand le guide te dresse le tour d’horizon du nombre d’accidents recensés outre Atlantique dans les élevages…), que nous allons traverser avant un arrêt en hauteur pour les explications, non dénuées d’humour, de notre guide. Là j’en ai appris un rayon sur les Bisons, une des espèces animales les plus intelligentes (comprendre qu’en gros, à lui, tu ne la lui fais pas !). Et le guide sait de quoi il parle, parce qu’en plus de faire visiter le domaine, l’équipe sur place semble hyper polyvalente, passant du service en restaurant  à la boutique, à la boucherie où ils te donneront des conseils de cuisson, celui-là en l’occurrence travaillant aussi à l’élevage et aux soins du troupeau toute l’année. Après les Bisons, c’est l’espace dédié aux cervidés que l’on découvre de tout près. Cerfs, biches, faons, daims, des bestioles beaucoup moins intelligentes avons nous appris, mais non moins belles, quoiqu’elles prennent plaisir à se rouler dans la boue !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bref, une visite d’une heure et demie, dans un domaine vallonné et verdoyant, agrémenté de commentaires très intéressants, et au retour une vue plongeante sur la vallée à couper le souffle ! Après la visite, passage obligé par la boucherie pour ramener quelques steaks et une terrine maison. Une journée vraiment très sympa, avec un Petit Monsieur ravi d’avoir vu des zombies (va savoir pourquoi il a décidé de prononcer le mot en verlan toute la journée ce que ne fut pas sans nous faire rire à chaque fois).

Et c’est pas fini ! Parce que moi j’y ai passé la journée, mais tu peux si tu veux y passer tout le week-end ! A la roots, dans des tipis à même le sol avec ton sac de couchage, ou dans les Tipi-hôtels tout confort. Ajoute à cela les activités kayak et VTT, le village de Muchedent et la vallée de la Varenne qui sont charmants, et les soirées country organisées au restaurant tout l’été, je suis sûre que toi aussi tu as envie de tester ! Alors n’hésite pas, en tout cas nous, on valide !

Pratique :

Rêve de Bisons
Le Prieuré du Bois de la Belle
76590 MUCHEDENT

11€ /adulte
8€ /enfant de 5 à 10 ans
Gratuit pour les moins de 5 ans accompagnés d’un adulte
Restaurant  : à la carte, de 14 à 24 € pour les plats

Tél.: 02 35 04 15 04 ou 02 35 85 85 88
Mail: info@revedebisons.com
Site : www.revedebisons.com

Cathédrale de Lumière à #Rouen

Je vous en parlais pas plus tard qu’hier dans mon billet sur les mirlitons, dans lequel je promettais de revenir prochainement sur cette ville… J’en parlais aussi l’hiver dernier pour vous montrer quelques images de la Foire St Romain, la plus grande de France après la foire du Trône. J’y fais enfin souvent référence quand je vous parle de ma région. Aujourd’hui je persiste et signe parce que Rouen, c’est une superbe ville. Trop souvent dépréciée à mon goût, comme son département, la Seine-Maritime, la faute à ses habitants souvent, bien représentatifs de la mentalité française qui consiste à se plaindre sans arrêt. Mais ça c’est un autre débat. Je vous parie donc que si vous venez quelques jours dans cette région, vous ne le regretterez pas !

Et vous avez jusqu’au 21 septembre pour profiter à Rouen d’un spectacle de toute beauté sur la Cathédrale Notre-Dame.

Rouen Cathédrale de Lumières @desperatecouchpotatoe

Rouen Cathédrale de Lumières @desperatecouchpotatoe

Cette cathédrale est l’une des plus belles et les plus impressionnantes au monde. Si comme moi vous avez étudié l’Histoire de l’Art et l’Architecture, vous la connaissez sans aucun doute. L’étalement de sa période de construction (bases romanes en 1030 jusqu’au XIXème où est dressée la flèche qui fut un temps la plus haute du monde avec ses 153 m) en fait une mine d’or pour l’étude des styles architecturaux. Pour ens avoir plus, je vous renvoie au Wiki, très bien documenté. Si vous êtes férus d’Impressionnisme, vous savez aussi sans doute que Monet l’a peinte des dizaines de fois. Vous pouvez d’ailleurs en voir quelques unes au musée d’Orsay. Le musée des beaux arts de Rouen en abrite lui-même une.

Quand j’étais étudiante j’ai eu la chance de faire un stage à la mairie de Rouen, sur l’organisation des journées du patrimoine. Se montait alors le premier Son et Lumières sur la Cathédrale Notre-Dame, par l’agence Sketzo, scénographes montreurs de rêve comme ils se définissent eux-mêmes. Ils signeront plusieurs années de suite un magnifique spectacle. Je vous laisse juger du résultat de 2003 à 2008 puis en 2009 :

Je vous ai déjà parlé du Son et Lumières du château de Blois, j’avais trouvé ça également magnifique.

Le dernier festival Normandie Impressionniste (2013 – a lieu tous les deux ans) a commandé un nouveau spectacle. C’est l’agence Cosmo AV qui s’y est cette fois collé pour attirer plus de 410 000 spectateurs pour sa première année. A la demande de Petit Monsieur, nous avons donc pris pendant les vacances la direction de Rouen pour découvrir ce nouveau Son et Lumières. Et je dois dire que je n’ai jamais rien vu d’aussi beau en la matière ! Vraiment c’est magnifique, spectaculaire, et fin août donc en fin de saison, pour les trois projections quotidiennes, le parvis de la Cathédrale pourtant assez vaste, était noir de monde. Si vous êtes donc dans un rayon d’une heure de route avec la Ville aux Cent Clochers (comme la surnommait Victor Hugo), je ne saurais que trop vous conseiller d’aller y faire un tour avant le 21 septembre pour en prendre plein les yeux. Petit Monsieur a lui-même trouvé ça « trop beau ». Amateurs de photo, c’est aussi une belle occasion car ça rend très très bien sous l’objectif. Ci-dessous le teaser et quelques photos que, pourtant prises avec mon smartphone, je trouve sublimes !

Pratique :
Jusqu’au 21 septembre à partir de 21h30 (plus tard en été si vous remettez ça à l’année prochaine !)
Projection de deux tableaux, sur le thème de Jeanne d’Arc et de l’Impressionnisme
Et en plus, c’est gratuit !
La Cathédrale se trouve en plein centre historique et au cœur de la ville, dès votre arrivée à Rouen vous ne pouvez pas la louper, on voit la flèche de quasiment partout !
Office de Tourisme de Rouen Vallée de Seine : 02.32.08.32.40 – www.rouentourisme.com

Les Mirlitons de Rouen

Ça faisait longtemps une petite recette non ? En bonne normande je vous propose donc aujourd’hui une recette bien de chez nous, celle des Mirlitons de Rouen. Rouen est une ville magnifique que je vous invite à visiter si vous passez par la Normandie. J’y ai habité quelques années, et le cadre de vie est assez agréable, une ville étudiante relativement dynamique, un panel culturel varié avec Cinémas, Opéra, la seconde plus grande foire (au sens fête foraine) de France, pléthore de Musées et maisons d’illustres (Corneille, et Flaubert entre autres, excusez du peu) et sans doute laplus belle cathédrale de France du monde, dont je vous reparlerais dans quelques jours. S’ajoute à cela donc une gastronomie spécifique avec ses plats à elle, comme le canard au sang appelé aussi le canard à la rouennaise, et les fameux mirlitons. Alors comme on dit chez nous, qu’est ce que c’est ti que ça les mirlitons ?

A la base, c’est une recette inventée pour ne pas perdre les restes de pâte feuilletée. Ce sont des tartelettes garnies d’un appareil de sucre et de poudre d’amandes. Au XIXème siècle, les tartelettes sont très répandues, mais les mirlitons de Rouen vont vite être très réputées grâce à leur composition qui inclut notre bonne crème normande.

La recette est celle que j’ai trouvée dans le livre pour enfants « Tes premières recettes normandes »(deux volumes), édité par La Petite Boîte, un éditeur basé à Rouen (comme par hasard !) qui édite des livres touristiques sur toutes les destinations. La version recettes est d’ailleurs déclinée pour pas mal de régions . Vous pourrez donc la tester avec les petites mains sans problème !

Ingrédients Mirlitons

Ingrédients Mirlitons

Ingrédients :

– 1 rouleau de pâte feuilletée ou une pâte maison
– 2 œufs
– 2 cuillères à soupe de crème fraîche de Normandie
– 125 g de sucre cristallisé
– 50 g de poudre d’amandes
– 6 amandes entières (moi je n’en avais pas donc j’ai fait l’impasse)
– Un peu de sucre glace

+ Des moules à tartelettes

On découpe d’abord 6 ronds de pâte feuilletée un peu plus grands que les moules à tartelettes, et on les place dans chaque moule. En même temps on préchauffe le four.

On sépare ensuite les blancs des jaunes et on bat les jaunes à la fourchette avec le sucre cristallisé. On ajoute al poudre d’amandes e ton mélange. Puis on rajoute la crème et on re-mélange.

On bat les blancs en neige ferme et on les ajoute délicatement à notre appareil.

Mise à contribution des petites mains !

Mise à contribution des petites mains !

Il suffit enfin de garnir nos moules avant de saupoudrer au sucre glace et de décorer chaque tartelette avec une amande entière.

25 minutes à thermostat 7 (200°C) et c’est prêt !

Pas plus compliqué que ça et parfait pour le goûter ! Bon appétit !

Ça vous tente ? Et vous, quels sont vos desserts régionaux bien de chez vous ?