Une journée parmi les Bisons… en Normandie

Il est un coin en Normandie, où l’on se croirait en Amérique, l’Amérique des grands espaces, des cow-boys et de la Country Music… Ce petit coin se trouve à Muchedent, en Seine-Maritime, et abrite le plus grand élevage de Bisons canadiens d’Europe. Et si vous allez dans ce coin là, je ne saurais que trop vous conseiller d’aller y passer un moment en famille !

Nous sommes arrivés en fin de matinée, pour un apéritif en terrasse, avec vue sur la vallée de la Varenne et les kayaks qui la descendent. Des kayaks que vous pouvez louer sur place pour une descente tranquille sur quelques kilomètres, puis un retour à vélo par la route, une formule très sympa à tester la prochaine fois !

Nous avons ensuite pu déguster la production de l’élevage au restaurant du domaine. Car Rêve de Bisons, c’est comme ça que les lieux se nomment, n’est pas qu’un site de visite et de loisirs, c’est aussi un site de production et de restauration. J’ai pris un plat de bison mijoté à la bière, un vrai régal. La carte propose du bison sous toutes ses formes, de la charcuterie pour l’entrée, à la belle entrecôte pour les gourmands. Le menu enfant propose le steak haché ou hamburger frites. Et vous pouvez y aller sans scrupules, car la viande de bison est beaucoup moins calorique que le bœuf ! Le restaurant nous plonge direct dans l’ambiance. C’est un bâtiment bois surmonté d’un tipi, à la déco intérieure très « trappeur canadien » : têtes et peaux de bison, peaux de loups et d’ours, castors et ratons-laveurs empaillés, totems d’indiens, et tout en bois. L’accent québécois te viendrait tout seul, tabernacle !

Après une digestion tranquille à l’ombre d’un tipi installée à l’entrée du restaurant et un petit tour, nous avons pris place pour la visite de 15h30, à bord de grosses remorques tirées par des jeeps militaires, en compagnie de notre guide. Après une longue montée secouante, qui a fait se tordre de rire mon Mini Monsieur (car oui, à Rêve de Bisons, mon bébé de 10 mois en poussette a pu lui aussi profiter du spectacle), nous pénétrons dans le domaine. Un troupeau de 300 têtes, en pleine période de rut (là on fait moins les malins, surtout quand le guide te dresse le tour d’horizon du nombre d’accidents recensés outre Atlantique dans les élevages…), que nous allons traverser avant un arrêt en hauteur pour les explications, non dénuées d’humour, de notre guide. Là j’en ai appris un rayon sur les Bisons, une des espèces animales les plus intelligentes (comprendre qu’en gros, à lui, tu ne la lui fais pas !). Et le guide sait de quoi il parle, parce qu’en plus de faire visiter le domaine, l’équipe sur place semble hyper polyvalente, passant du service en restaurant  à la boutique, à la boucherie où ils te donneront des conseils de cuisson, celui-là en l’occurrence travaillant aussi à l’élevage et aux soins du troupeau toute l’année. Après les Bisons, c’est l’espace dédié aux cervidés que l’on découvre de tout près. Cerfs, biches, faons, daims, des bestioles beaucoup moins intelligentes avons nous appris, mais non moins belles, quoiqu’elles prennent plaisir à se rouler dans la boue !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bref, une visite d’une heure et demie, dans un domaine vallonné et verdoyant, agrémenté de commentaires très intéressants, et au retour une vue plongeante sur la vallée à couper le souffle ! Après la visite, passage obligé par la boucherie pour ramener quelques steaks et une terrine maison. Une journée vraiment très sympa, avec un Petit Monsieur ravi d’avoir vu des zombies (va savoir pourquoi il a décidé de prononcer le mot en verlan toute la journée ce que ne fut pas sans nous faire rire à chaque fois).

Et c’est pas fini ! Parce que moi j’y ai passé la journée, mais tu peux si tu veux y passer tout le week-end ! A la roots, dans des tipis à même le sol avec ton sac de couchage, ou dans les Tipi-hôtels tout confort. Ajoute à cela les activités kayak et VTT, le village de Muchedent et la vallée de la Varenne qui sont charmants, et les soirées country organisées au restaurant tout l’été, je suis sûre que toi aussi tu as envie de tester ! Alors n’hésite pas, en tout cas nous, on valide !

Pratique :

Rêve de Bisons
Le Prieuré du Bois de la Belle
76590 MUCHEDENT

11€ /adulte
8€ /enfant de 5 à 10 ans
Gratuit pour les moins de 5 ans accompagnés d’un adulte
Restaurant  : à la carte, de 14 à 24 € pour les plats

Tél.: 02 35 04 15 04 ou 02 35 85 85 88
Mail: info@revedebisons.com
Site : www.revedebisons.com

J’ai testé pour vous… Le Panorama XXL de Rouen

A quoi ça sert de recevoir des invitations VIP pour découvrir un site en avant première si je ne t’en parle pas sur mon blog ? C’est vrai j’aurais pu  te le présenter moi aussi en avant première, ça aurait eu de la gueule, mais j’ai juste un peu oublié… Dire qu’en prenant mes photos je pensais déjà à t’en parler ! Enfin bref mieux vaut tard que jamais, et c’est encore tout frais puisque ça a ouvert le 20 décembre. Quoi donc ça me direz-vous ? Et bien le Panorama XXL, une première en France, oui Monsieur ! Et moi je l’ai visité avant, nananèèèère (oui Madame, j’ai mes entrées) !

Au cas où je ne te l’aurais pas encore dit, Rouen c’est The Place To Be (et oui elle est repartie pour te saouler avec sa capitale de la Normandie)… Donc quel meilleur endroit pour y caser le premier Panorama XXL de France ? Quoi que c’est que ça le Panorama XXL ?

Et bien c’est un lieu (unique en France, je te l’ai dit ?) qui comme son nom l’indique t’offre un panorama géant. Oui mais encore ? Un panorama géant donc, et qui plus est à 360°. C’est l’artiste austro-allemand Yadegar Asisi qui a créé ce concept de plus grand panorama 360° au monde (35 m de hauteur pour 34 m de diamètre, s’il vous plaît!) en 2003, qu’il a décliné à Leipzig, Dresde et Berlin, et qu’il exporte maintenant à Rouen. Un travail scientifique et artistique basé sur des recherches approfondies tant documentaires que sur terrain (esquisses, dessins, photos) lui permet de réaliser un story-board auquel il va ensuite donner vie par la photographie, avec des figurants et éléments de décor retravaillés ensuite en numérique. Les images sont ensuite imprimées sur des panneaux-toiles de 3 m sur 32, installés dans la structure architecturale, un bâtiment léger (comprendre démontable) qui pourrait être déplacé à l’avenir. Un système sonore et l’éclairage (séquences de jour et de nuit) viennent enfin compléter l’oeuvre.

Le premier panorama accueilli à Rouen est « Rome 312 », une plongée dans la Rome antique à son apogée, représentant l’entrée dans la ville de l’Empereur Constantin après sa victoire contre Maxence en 312 après J.C. On découvre alors la Rome antique de notre imaginaire collectif, ses nombreux temples et bâtiments publics représentatifs de l’architecture romaine, dont certaines ruines témoignent encore sur place aujourd’hui.

Avant de pénétrer dans la rotonde, un film puis une exposition sur le travail de l’artiste, dont on peut voir les différentes moutures, puis un dédale de couloirs qui fait perdre tout repère sur l’endroit où on se trouve. Ce qui conforte cette impression d’être tout petit quand on pénètre au cœur de l’oeuvre.

Le résultat ? Tout simplement bluffant ! Le génie d’Asisi est son travail de la perspective. Je m’explique : du bas de la rotonde, tu vois une fresque de ton point de vue de petit bonhomme tout en bas, avec la perspective des bâtiments lointains. Du haut de la plateforme, tu te retrouves juste en face de ces mêmes bâtiments, et tu les vois beaucoup plus gros. Comme dans la réalité. Tout simplement hallucinant. Quand tu te promènes autour du panorama, les sons changent selon l’endroit où tu te trouves. Sans aucune superposition ni cacophonie. Et les jeux de lumière font changer l’atmosphère jour / nuit à tel point qu’on s’y croirait.

Bref, tu l’auras compris, je valide. Même si je t’avouerais que je n’ai pas pu en profiter pleinement, vertige oblige, qui m’a empêché de m’approcher des rambardes sur les différents niveaux de la plateforme. En tout cas c’est vraiment à voir (tu vas en avoir des choses à faire quand tu iras à Rouen !). Petit hic, le prix, je trouve que 9.50 € c’est pas donné. Mais il est vrai qu’en y allant avec des jumelles, et en profitant des commentaires des médiateurs présents sur place, on aura vite fait d’y passer des heures et ainsi de rentabiliser l’entrée ! Et puis une première en France, j’imagine que ça se paye !

Le panorama Rome 312 sera visible jusqu’en septembre 2015, puis laissera place à celui sur l’Amazonie (pour lequel munis de jumelles il est dit qu’on pourra observer des détails tels que des chenilles sur les branches !) exposé lui jusqu’en mars 2016, avant le plus attendu pour lequel l’agglomération a passé commande à Yadegar Asisi, à savoir celui du Rouen Gothique…


Pratique
:

Panorama XXL
Quai de Boisguilbert
76000 ROUEN
Tél. : 02 35 52 95 29
informations@panoramaxxl.com
www.panoramaxxl.com

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h du 1er octobre au 30 avril
et de 10h à 19h du 2 mai au 30 septembre
Visites guidées, visites groupes, scolaires et ateliers (consulter le site)

Tarifs :  9.50 € tarif plein et 6.50 € tarif réduit
(gratuit moins de 6 ans – tarifs groupes et familles)

Séquence Miam : Dame Cakes à #Rouen

A chaque fois que je vais à Rouen, une ville que je connais pourtant comme ma poche, je fais une bonne découverte ! Cette fois-ci c’était Dame Cakes, une petite échoppe tout près de la Cathédrale, rue Saint Romain, la rue typique du Rouen moyenâgeux. J’ai souvent eu envie d’y faire un tour lorsque je vivais à Rouen, mais l’occasion ne s’est jamais présentée. Rien que la bâtisse donne envie de pousser la porte ! Il s’agit en effet de l’ancien atelier de Ferdinand Marrou, célèbre ferronnier rouennais dont vous verrez également l’oeuvre sur la maison Marrou qui abrite la DRAC de Haute Normandie, près de la gare (amis parisiens, je vous rappelle que Rouen n’est qu’à une heure train !).

@desperatecouchpotatoe

Bienvenue chez Dame Cakes !

Dame Cakes est à la fois une charmante boutique de gâteaux, chocolats, thés et gourmandises, et un salon de thé gourmand, où l’on peut déjeuner le midi. Côté boutique, on a juste envie d’acheter tout le contenu de la vitrine…

Côté miam, une carte de saison propose des plats salés et sucrés maison, mettant à l’honneur les saveurs normandes (mais pas que !) au salon en toute saison, et offre l’été la possibilité de profiter d’une jolie terrasse intérieure. Un lieu très cosy au charme belle époque, idéal pour se réchauffer en ces temps pluvieux de courses de Noël !

En plus c’est délicieux ! Au menu ce jour-là tarte façon bolognaise et sa salade pour la Sista et tarte reblochon-lard fumé-pruneaux, sa salade et son mini potage pour moi. Déjà assez copieux, mais la gourmandise et la vue des gâteaux disposés dans le passage vers la salle auront eu raison de nous, entraînant la commande compulsive d’une part de crumble poires chocolat à partager pour le dessert.

Je vous recommande donc cette adresse sans hésitation !

Pratique :

Dame Cakes
70, rue Saint Romain (à gauche de la Cathédrale)
76000 Rouen
Ouvert toute l’année, du lundi au vendredi 10h à 19h et le samedi de 10h à 19h30
Service de 12h à 15h
Tél. : 02 35 07 49 31
damecakes@orange.fr
www.damecakes.fr

Cathédrale de Lumière à #Rouen

Je vous en parlais pas plus tard qu’hier dans mon billet sur les mirlitons, dans lequel je promettais de revenir prochainement sur cette ville… J’en parlais aussi l’hiver dernier pour vous montrer quelques images de la Foire St Romain, la plus grande de France après la foire du Trône. J’y fais enfin souvent référence quand je vous parle de ma région. Aujourd’hui je persiste et signe parce que Rouen, c’est une superbe ville. Trop souvent dépréciée à mon goût, comme son département, la Seine-Maritime, la faute à ses habitants souvent, bien représentatifs de la mentalité française qui consiste à se plaindre sans arrêt. Mais ça c’est un autre débat. Je vous parie donc que si vous venez quelques jours dans cette région, vous ne le regretterez pas !

Et vous avez jusqu’au 21 septembre pour profiter à Rouen d’un spectacle de toute beauté sur la Cathédrale Notre-Dame.

Rouen Cathédrale de Lumières @desperatecouchpotatoe

Rouen Cathédrale de Lumières @desperatecouchpotatoe

Cette cathédrale est l’une des plus belles et les plus impressionnantes au monde. Si comme moi vous avez étudié l’Histoire de l’Art et l’Architecture, vous la connaissez sans aucun doute. L’étalement de sa période de construction (bases romanes en 1030 jusqu’au XIXème où est dressée la flèche qui fut un temps la plus haute du monde avec ses 153 m) en fait une mine d’or pour l’étude des styles architecturaux. Pour ens avoir plus, je vous renvoie au Wiki, très bien documenté. Si vous êtes férus d’Impressionnisme, vous savez aussi sans doute que Monet l’a peinte des dizaines de fois. Vous pouvez d’ailleurs en voir quelques unes au musée d’Orsay. Le musée des beaux arts de Rouen en abrite lui-même une.

Quand j’étais étudiante j’ai eu la chance de faire un stage à la mairie de Rouen, sur l’organisation des journées du patrimoine. Se montait alors le premier Son et Lumières sur la Cathédrale Notre-Dame, par l’agence Sketzo, scénographes montreurs de rêve comme ils se définissent eux-mêmes. Ils signeront plusieurs années de suite un magnifique spectacle. Je vous laisse juger du résultat de 2003 à 2008 puis en 2009 :

Je vous ai déjà parlé du Son et Lumières du château de Blois, j’avais trouvé ça également magnifique.

Le dernier festival Normandie Impressionniste (2013 – a lieu tous les deux ans) a commandé un nouveau spectacle. C’est l’agence Cosmo AV qui s’y est cette fois collé pour attirer plus de 410 000 spectateurs pour sa première année. A la demande de Petit Monsieur, nous avons donc pris pendant les vacances la direction de Rouen pour découvrir ce nouveau Son et Lumières. Et je dois dire que je n’ai jamais rien vu d’aussi beau en la matière ! Vraiment c’est magnifique, spectaculaire, et fin août donc en fin de saison, pour les trois projections quotidiennes, le parvis de la Cathédrale pourtant assez vaste, était noir de monde. Si vous êtes donc dans un rayon d’une heure de route avec la Ville aux Cent Clochers (comme la surnommait Victor Hugo), je ne saurais que trop vous conseiller d’aller y faire un tour avant le 21 septembre pour en prendre plein les yeux. Petit Monsieur a lui-même trouvé ça « trop beau ». Amateurs de photo, c’est aussi une belle occasion car ça rend très très bien sous l’objectif. Ci-dessous le teaser et quelques photos que, pourtant prises avec mon smartphone, je trouve sublimes !

Pratique :
Jusqu’au 21 septembre à partir de 21h30 (plus tard en été si vous remettez ça à l’année prochaine !)
Projection de deux tableaux, sur le thème de Jeanne d’Arc et de l’Impressionnisme
Et en plus, c’est gratuit !
La Cathédrale se trouve en plein centre historique et au cœur de la ville, dès votre arrivée à Rouen vous ne pouvez pas la louper, on voit la flèche de quasiment partout !
Office de Tourisme de Rouen Vallée de Seine : 02.32.08.32.40 – www.rouentourisme.com

Les Mirlitons de Rouen

Ça faisait longtemps une petite recette non ? En bonne normande je vous propose donc aujourd’hui une recette bien de chez nous, celle des Mirlitons de Rouen. Rouen est une ville magnifique que je vous invite à visiter si vous passez par la Normandie. J’y ai habité quelques années, et le cadre de vie est assez agréable, une ville étudiante relativement dynamique, un panel culturel varié avec Cinémas, Opéra, la seconde plus grande foire (au sens fête foraine) de France, pléthore de Musées et maisons d’illustres (Corneille, et Flaubert entre autres, excusez du peu) et sans doute laplus belle cathédrale de France du monde, dont je vous reparlerais dans quelques jours. S’ajoute à cela donc une gastronomie spécifique avec ses plats à elle, comme le canard au sang appelé aussi le canard à la rouennaise, et les fameux mirlitons. Alors comme on dit chez nous, qu’est ce que c’est ti que ça les mirlitons ?

A la base, c’est une recette inventée pour ne pas perdre les restes de pâte feuilletée. Ce sont des tartelettes garnies d’un appareil de sucre et de poudre d’amandes. Au XIXème siècle, les tartelettes sont très répandues, mais les mirlitons de Rouen vont vite être très réputées grâce à leur composition qui inclut notre bonne crème normande.

La recette est celle que j’ai trouvée dans le livre pour enfants « Tes premières recettes normandes »(deux volumes), édité par La Petite Boîte, un éditeur basé à Rouen (comme par hasard !) qui édite des livres touristiques sur toutes les destinations. La version recettes est d’ailleurs déclinée pour pas mal de régions . Vous pourrez donc la tester avec les petites mains sans problème !

Ingrédients Mirlitons

Ingrédients Mirlitons

Ingrédients :

– 1 rouleau de pâte feuilletée ou une pâte maison
– 2 œufs
– 2 cuillères à soupe de crème fraîche de Normandie
– 125 g de sucre cristallisé
– 50 g de poudre d’amandes
– 6 amandes entières (moi je n’en avais pas donc j’ai fait l’impasse)
– Un peu de sucre glace

+ Des moules à tartelettes

On découpe d’abord 6 ronds de pâte feuilletée un peu plus grands que les moules à tartelettes, et on les place dans chaque moule. En même temps on préchauffe le four.

On sépare ensuite les blancs des jaunes et on bat les jaunes à la fourchette avec le sucre cristallisé. On ajoute al poudre d’amandes e ton mélange. Puis on rajoute la crème et on re-mélange.

On bat les blancs en neige ferme et on les ajoute délicatement à notre appareil.

Mise à contribution des petites mains !

Mise à contribution des petites mains !

Il suffit enfin de garnir nos moules avant de saupoudrer au sucre glace et de décorer chaque tartelette avec une amande entière.

25 minutes à thermostat 7 (200°C) et c’est prêt !

Pas plus compliqué que ça et parfait pour le goûter ! Bon appétit !

Ça vous tente ? Et vous, quels sont vos desserts régionaux bien de chez vous ?

Tous à la Foire !

Si la Foire de la Saint Antoine, appelée aussi Foire au Pain d’Epices n’est plus connue aujourd’hui que sous le nom de Foire du Trône, Saint Romain a tenu bon pour l’appellation de la traditionnelle Foire de Rouen. Dans les Foires mythiques en effet, la Foire Saint Romain est la seconde de France en termes de taille, après sa voisine parisienne, ce qui en fait également l’une des plus grandes d’Europe.

Un peu d’Histoire…
Autrefois appelée Foire du Pardon, elle remonte XIème siècle, quand les reliques de Saint Romain furent installées dans la cathédrale de Rouen avec les restes de la Gargouille qu’il avait combattue. Vous ne connaissez pas la légende ? Je vous la raconte : La Gargouille, c’était THE monstre qui terrorisait Rouen. Mais Romain lui n’en avait pas peur. Aussi quand il réclame un compagnon de route pour aller la capturer, personne ne veut y aller… Personne sauf un condamné à mort qui n’a plus rien à perdre. Bien lui en fît puisque les deux lascars parviendront à dompter la bête , ce qui vaudra les honneurs à Romain, et la liberté au condamné. Pour commémorer l’événement, le roi (Dagobert, celui de la culotte…!) décidera ensuite chaque année de libérer un prisonnier. Bref au XIème siècle comme je le racontais plus tôt, on installe les reliques de Romain et ce qu’il reste de la Gargouille dans la cathédrale de Rouen. Vu le peuple qui se pointe à cet événement, près de 10 000 personnes, parmi lesquels des baladins et autres artistes, on décide de refaire la fête l’année suivante. C’est le prisonnier gracié qui aura l’honneur de présenter les reliques. La Foire Saint Romain est ainsi née. Pour l’instant c’est la bien nommée Fête du Pardon. Dans un quartier à l’époque très commerçant (Le quartier Beauvoisine, pour ceux qui connaissent), auquel s’ajoute un grand marché aux bestiaux le 23 octobre, jour de l’ouverture, les artistes de rue trouvent rapidement leur place pour assurer l’animation.  La Foire du Pardon durera sous cette forme jusqu’en 1790, laissant peu à peu de plus en plus de place aux spectacles, pour devenir au XIXème siècle une fête animée par les forains puis une véritable fête foraine au sens où nous l’entendons de nos jours. En 1983 elle quitte le quartier Beauvoisine (plus précisément les boulevards qui bordent la place du Boulingrin, encore pour ceux qui connaissent) pour les quais de la rive gauche où elle s’étend depuis sur près de 2 kilomètres. 

Pour tous les goûts (?) 
Comme toutes les fêtes foraines de cette envergure, je ne vais pas vous conseiller d’y foncer avec des enfants en bas âge. D’ailleurs les embouteillages piétons dus aux nombreuses poussettes en plein dimanche après-midi ça calme assez vite. Chez nous, petit Monsieur du haut de ses trois ans a supporté la marche, bon je vous rassure on ne l’a pas traîné sur toute la longueur aller-retour… Des épaules-de-papa ne sont ceci-dit pas du luxe dans ce genre de sortie ! Côté manèges, vous trouverez évidemment tout ce que vous voulez et bien plus qu’il n’en faut si vos enfants sont du genre à réclamer !!

Pour les manèges à sensation, la trouillarde que je suis ne saura vous en conseiller mis à part le Sweety que j’ai dû tester il y a 15 ans, donc c’est vous dire, et le Crazy Danse qui doivent être mes limites question trouillomètre… Mais vus la hauteur, la vitesse, et les noms des « grands manèges », je pense que les amateurs seront servis…!

Côté jeux, pareil, sur 2 kms de long il fallait s’en douter, mais à noter cette année quelques nouveautés-pompes-à-fric, comme le nouveau concurrent des fameuses pinces qui consiste à placer un espèce de ciseau face à un fil pour le couper et faire tomber les derniers produits high-tech à la mode… Evidemment comme pour les pinces ça ne tombe jamais comme il faut !

© desperatecouchptatoe

Machines à sous
© desperatecouchptatoe

Côté bouffe (passons aux choses sérieuses…), UNE adresse à ne pas manquer, l’Ours Noir. Une institution à la Foire de Rouen, et pas que puisqu’il tourne dans tout le nord de France et même dans l’Est. Une bonne adresse parce que s’approvisionner exclusivement auprès de producteurs locaux, et faire ses frites maison quand on se pose dans les foires c’est tout de même une démarche à saluer. Et le succès est du coup au rendez-vous. Il faudra donc compter une bonne demi-heure (minimum!) de queue avant de pénétrer dans une tente où on sera parqués comme des bestiaux pour déguster le fameux cochon de lait grillé avec une bonne bière. Bref faire la Foire Saint Romain sans manger à l’Ours Noir, c’est comme aller en Italie sans manger de pâtes… Si après ça vous avez encore faim, pas d’inquiétude, je vous rappelle qu’on se trouve dans une fête foraine alors par ici les chichis !

Et à la nuit tombée, toutes ces lumières sur Rouen le long de la Seine, c’est tout simplement magnifique, de quoi égayer le mois de Novembre généralement bien terne !

La Foire Saint Romain reste quasiment un mois, et Rouen n’est qu’à une heure de Paris, donc à une heure de partout, non ?

Alors ça vous tente ?

Pratique : En 2013 – Du 26 octobre au 21 novembre
Le long des Quais de Seine – Rouen Rive Gauche
Foire St Romain
Et si vous voulez « liker » :
https://www.facebook.com/Foirestromain