Moi quand j’aurai des enfants…

Avant j’avais des principes…maintenant, j’ai des enfants. Comme moi tu l’as lu, relu, en souriant, en riant, et puis tu as fini par t’approprier cette maxime. Car c’est un fait, les principes, on s’appuie dessus jusqu’à ce qu’il cèdent. Et il est clair qu’ils cèdent plus vite avec des enfants !

2016-09-29_0925J’avais déjà fait un tour rapide sur la question dans ce billet où je m’amusais à lister ce qu’on faisait moins (voire plus du tout) avec un deuxième enfant. Cette semaine m’est revenue une phrase que je disais souvent gamine : « Moi quand j’aurai des enfants, jamais je ne les habillerai pareil ». Et pour cause, ma Maman avait cette habitude d’habiller souvent ses deux filles de la même manière. Et en tant qu’aînée je n’aimais pas ça du tout… Avouez qu’avec 5 ans d’écart ça peut parfois énerver une pré ado d’être sapée comme une gamine ! Mes garçons ont 4 ans de différence, mais mon Mini adore faire comme son frère, et Petit Monsieur aime beaucoup les vêtements encore un peu bébé… J’avais déjà lâché du leste quand ma Maman leur avait acheté à tous les deux l’ensemble de l’Euro 2016. Et puis là, j’ai complètement craqué… mais ils sont trognons ces pyjamas non ? Et les deux à côté c’est vraiment trop mimi, non ?

Rappelez moi d’être vigilante le jour où Petit Monsieur se rebellera… et de revenir à mes principes !

2016-09-28_1431Pareil avant-hier, catastrophe… Vous voyez ces pubs avec ces sales gosses qui ont dessiné sur les murs ? Et bien moi quand j’aurai des enfants… Vous connaissez la chanson ! Et voilà sur quoi je tombe sur le parquet. « Non mais qu’est ce que tu as fait ? » Il m’a répondu « Bazar ». heureusement le feutre, ça part bien sur le parquet avec une éponge. La faute à qui ? Aux feutres qui traînaient par terre au lieu d’être dans la boîte à feutres.

C’est con parce que moi quand j’aurai des enfants, rien ne traînera, d’ailleurs ils n’auront pas beaucoup de jouets parce qu’ils ne seront pas pourri-gâtés. Mais tu sais on n’est jamais seul dans la parentalité. Et tes parents, ceux qui te refusent tes jouets de rêve quand tu es petit, se rattrapent avec les petits enfants… Pour encombrer ta maison à toi. D’où le bazar. La flemme de passer sans arrêt derrière eux pour ranger, ce qu’il font, parce que tu les as bien élevés, mais pas assez…

Alors oui, les principes… on ne mange pas de pain avant les repas (essaye de résister aux cris d’n Mini affamé à 19h30 quand tu as ta journée de boulot dans les pattes), pas d’écran avant 3 ans (avec un c’est gérable on a réussi, mais va empêcher le grand de mater ses dessins animés quand le petit est dans la pièce… et résiste à donner ton portable au petit quand il piaille dans une salle d’attente)… Oui, je sais, pas bien…

Alors finalement, moi maintenant que j’ai des enfants, je fais de mon mieux, comme tout le monde, et je cède de temps à autre à un autre principe… celui de la facilité !

« 365 dessins pour toute l’année » de Philippe Legendre (chez Fleurus)

Pour ses étrennes cette année, nous avons offert à notre Petit Monsieur un bien joli et gros livre intitulé « 365 dessins pour toute l’année » et j’avais envie de t’en parler parce que je me rends compte à quel point ce bouquin est chouette !

Petit Monsieur dessine bien, il a toujours été doué pour ça. A 2 ans il a commencé à jouer du crayon par des coloriages à gros rebords et j’avoue qu’il m’épatait déjà par sa capacité à ne pas dépasser, et quand tu regardes la gueule de mes coloriages anti-stress, tu te demandes qui de la mère où des gosses le remplissent… En fin d’année dernière, c’était sapins et pères noël à volonté, et un peu d’indécision malgré l’envie de dessiner. « Je ne sais plus quoi dessiner ». Tu avais beau lui donner quelques idée, rien ne le contentait. Alors quand j’ai repensé à ce livre que j’avais vu à la fnac un an avant quand je cherchais un cadeau pour un des blonds d’Alice. Cette fois là j’avais opté pour autre chose, mais l’idée était restée. Et mon Petit Monsieur avait enfin l’âge pour ce genre de cadeau. heureusement je l’ai trouvé, mais mes enfants sont tellement pourri-gâtés à Noël que j’ai préféré attendre le 1er janvier.

C’était un bon investissement. A plusieurs titres. Déjà il ne nous embête plus avec ses « Je ne sais pas quoi dessiner ». Avec 365 modèles, il a vraiment de quoi faire. En plus, il y en a vraiment pour tous les goûts. Des princesses, des chevaux, des pirates, des motards, il y a même un zoologiste, tu y aurait pensé toi gamin à dessiner un zoologiste ? De quoi stimuler leur imagination au quotidien. Un vocabulaire de formes reprend les principales pour voir au premier coup d’oeil si le dessin est à la portée de l’enfant. Le pas à pas pour dessiner est très simple à comprendre et à reproduire, tout ce qu’il faut pour que notre Petit Monsieur nous épate encore plus ! Enfin chaque page de dessin est titrée, ce qui en période d’apprentissage de la lecture tombe au poil !

Je vous conseille donc ce joli livre qu’on trouve aux éditions Fleurus, au prix de 14.95 €, à partir de 5 ans !

Bonne journée à tous !

Angers la belle…

Je vous avais promis un carnet de voyage sur mes vacances, non ? Je vous ai dit que nous étions sur l’île d’Oléron, mais pour un voyage plus cool pour un Mini énervé en voiture, nous avons opté pour un voyage en deux fois, et notre point de chute pour la soirée était Angers. De cette ville nous gardions de notre premier passage un centre commercial alors Monsieur a dit « T’es sûre ? « . Comme nous avions prévu un arrête au Zoo de la Flèche j’ai d’abord cherché sur le Mans, mais la Flèche est plus bas donc ça nous faisait remonter, donc Angers semblait plus adaptée…Après quelques blagues foireuses en bons fans d’Oasis sur « Don’t look back in anger » genre on y va mais on ne se retourne pas (oui nous avons un humour 000000000000000000000000000000000000foireux à la maison), j’ai répondu « Mais oui, il y  a un beau château » et on a réservé un hôtel en centre ville. En plein centre ville. Avec un parking juste en -dessous, gratuit la nuit, donc assez stratégique. Ce qui nous permis le lendemain matin une visite éclair de la ville…

Le centre ville d’Angers est très agréable, larges rues plus ou moins piétonnes, une superbe place avec un théâtre, des terrasses et des restos, et plus haut le cœur historique de la ville. L’imposante cathédrale saint-Maurice, impressionnante à tous points de vue, l’abbatiale Toussaint et sa galerie David d’Angers, les vieilles maisons à pan de bois (chères à une ancienne rouennaise comme moi !), les vestiges de la muraille, et le château d’Angers, un patrimoine si riche sur quelques centaines de mètres que nous nous sommes laissés tenter par la visite en petit train touristique, bon moyen pour découvrir une ville quand on a peu de temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et là on découvre les quartiers qu’on n’aurait jamais arpenté à pieds, donc finalement on en explore bien plus ! Le patrimoine et l’histoire d’Angers sont d’une richesse insoupçonnée et cette balade de 45 minutes en donne qu’une envie, en découvrir plus. C’est vraiment une belle ville ! Voir la cathédrale d’en bas la montre encore plus imposante qu’à son pied. Les anecdotes qui ponctuent la visite la rendent plus intéressante, avouons-le, c’est toujours ce qui reste d’une visite guidée, et c’est une guide qui vous parle !

Le petit plus pour les férus de réseaux sociaux et autres instagramers comme moi, c’est le petit cadre #angersémoi que vous pouvez vous procurer dans les lieux touristiques de la ville, et qui vous permettra de prendre des photos rigolotes à publier avec le hashtag. Du selfie made in Angers à la cathédrale encadrée il y a vraiment de quoi faire en s’amusant !

img_1799

Cathédrale saint-Maurice version #angerémoi

Bref une chose est sûre, nous retournerons à Angers ! Ne serait-ce que pour admirer la fameuse tapisserie de l’Apocalypse qui se trouve exposée dans le château, voir le son et lumières dudit château, et bien évidemment pour parcourir un peu les vignobles, avec dégustation bien sûr !

Pratique :

Office de Tourisme Angers Loire Métropole 
Un super Office de Tourisme en passant qui fait pâlir la pro du tourisme que je suis…

7 place Kennedy
BP 15157 – 49051 Angers cedex
Tél.: +33 2 41 23 50 00
accueil@angersloiretourisme.com
Déformation professionnelle, je visite toujours les offices de tourisme ! celui d'Angers est assez top... @desperatecouchpotatoe

Déformation professionnelle, je visite toujours les offices de tourisme ! celui d’Angers est assez top… @desperatecouchpotatoe

 

Lundi avec Alice et Zaza… La tête dans les nuages

Ce lundi, c’est du ciel dont il sera question dans nos bavardages hebdomadaires avec Alice, Zaza et les copines du lundi… Nuages, cerf-volants, étoiles filantes, pleine lune, couchers de soleil, comme l’a sous-titré Alice, nous avons l’embarras du choix !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bonne normande, côté ciel j’en connais un rayon (sans mauvais jeu de mots ^^), un des slogans de ma région natale est d’ailleurs que « chez nous il fait beau plusieurs fois par jour ! » Et ce n’est pas pour nous déplaire, car on s’adapte à peu près partout niveau météo, ce n’est une grisaille qui nous fera peur ! Ce n’est pas pour rien si la lumière normande a séduit nombre d’artistes, et pas que des impressionnistes ! Là-bas la le paysage change en permanence, à la faveur des variations de couleurs du ciel. Et parfois même ce ciel se charge non pas de grisaille, mais de charmants hôtes hauts en couleurs… Et la ville où je suis née en est la capitale mondiale. Qui sont-ils ? Les cerf-volants ! Et cette année se tenait donc à Dieppe comme tous les deux ans le festival international de cerf-volant. Invité d’honneur, le Canada, invités habitués, tout plein de pays du monde, et leurs œuvres extraordinaires. Compétitions de bolides de combat, ateliers pour enfants, rencontres insolites (j’ai parlé japonais Messieurs Dames pour répondre bonjour à une dame de la délégation!).

Bref j’adore prendre un bol d’air à Dieppe pour le festival de cerf-volants. Et prendre par la même occasion quelques photos ! Et fierté absolue, Seine-Maritime Tourisme en a re-posté une sur son compte Instagram ! C’est pas la grande classe ?

2016-09-26_1919

#TFSA bouleversifiant

Oui je sais bouleversifiant n’est pas un vrai mot, je l’ai piqué à une émission des Inconnus mais je vous parle d’un temps… Bref, le TFSA de la semaine porte sur les épisodes qui nous ont le plus chamboulé. Pas facile de ne pas confondre avec les épisodes les plus marquants qu’on avait fait il y a quelques temps, parce que souvent quand ça bouleverse, ça marque…

****

Au fait attention, Il y a un peu de spoiler….

****

donc prudence si vous ne connaissez pas encore : GOT saison 1 ça va… TVD saison 7… Desperate Housewives

****

5 – Game of Thrones – 1*10

Bon, bouleversant n’est pas vraiment le mot, j’avoue… Choquant serait plus approprié. J’ai beau avoir pris la série bien en retard, je ne m’étais pas fait spoiler et la mort de Ned Stark m’a fichu un sacré coup, non seulement parce que c’était le personnage principal, mais aussi parce que c’était un putain de personnage. Et puis lui couper la tête c’était carrément pas cool. La suite n’en pâtit absolument pas, mais quand même !

****

4 – Grey’s Anatomy – Un sacré paquet d’épisodes

Je ne saurais pas vous dire lequel à vrai dire mais bouleversant est bien le mot qui vient pour pas mal d’entre eux. Déjà on chiale comme des madeleines, mais en plus parfois, Shonda Rimes arrive à nous prendre les tripes un brin plus violemment que la simple crise de larmes. J’ai beau ne plus suivre, j’avoue que quand je m’attarde sur certains nouveaux épisodes en diffusion TV, je sens encore les sanglots qui montent… pourtant on ne peut pas dire que je sois attachée aux personnages.

****

3 – Vampire Diaries – 7*10

Il fallait bien que ça m’arrive un jour de chialer devant TVD… Et l’exploitation de la relation des frères Salvatore avec leur mère était le sujet tip top pour rendre Stephan et Damon champions de l’émotion… Là j’ai vraiment craqué quand Damon lâche enfin ses regrets à sa môôôôman !

****

2 – Desperate Housewives – 5*13

Cet épisode m’avait carrément ravagée, j’ai dû pleurer du début à la fin, et je crois même que j’éviterais de le revoir si ça se présentait tellement ça m’avait attristée. Et pourtant avec DH on avait l’habitude de passer du rire aux larmes… Cette fois c’était trop de larmes.

****

1 – HIMYM – 9*24

Je ne fais pas partie de ceux qui ont trouvé la fin de HIMYM pourrie. Non pour moi c’était la seule fin possible, et je la trouve réussie dans son traitement par rapport aux clichés sitcom qu’elle avait si bien su entretenir sur la durée. Il y aurait à redire sur la dernière saison dans son ensemble (et encore en bon fan on s’en accommode), et leur vieillissement niveau coiffe et maquillage était vraiment foireux, mais pas sur le dernier épisode je trouve (enfin sauf pour le maquillage et la coiffe, là je maintiens). Ce n’est pas l’épisode qui m’a le plus chamboulée, mais comme Friends ça a été un véritable déchirement de voir la fin. Donc j’étais triste et amère, et encore plus triste de voir les personnages avoir vieilli. Effet miroir sans doute… !

(Presque) Lundi avec Alice et Zaza – Fra-ter-ni-té !

En écrivant ce titre je glousse toute seule en repensant à Ségolène Royal entonnant ce slogan dans sa tenue bleue ethnique… sans considération politique aucune c’était tout de même bien ridicule quand on y repense… Bref ce n’est pas le sujet, pardonnez mes digressions, puisque ce lundi Alice et Zaza nous proposaient de parler de nos frères et sœurs.

Quand elle est arrivée j’avais déjà 5 ans, et ce n’est pas la jalousie qui a primé, bien loin de là. J’avais enfin une grande poupée pour jouer à la petite maman. Mais j’ai vite déchanté quand j’ai vu qu’elle ne tenait pas debout et  qu’il faudrait un certain temps avant qu’elle puisse pousser un pion pour jouer avec moi, qu’elle puisse tenir l’élastique pendant que j’y saute, qu’elle renvoie la balle avec sa raquette… Mais finalement si je n’avais pas la camarade de jeu que j’attendais, j’avais mieux, une petite sœur. Une poupée vivante qui se laissait habiller par sa sœur, qui savait faire des soustractions avant ses camarades de classe parce qu’elle acceptait de faire l’élève pour que je joue à la maîtresse, et plus tard quelqu’un avec qui s’échanger des fringues, elle quand elle achetait trop grand et moi quand j’achetais trop petit… Aujourd’hui la complicité est toujours la même, comme les prises de bec, mais je pense que malgré tout jamais on ne se brouillera vraiment (et pourtant elle est vraiment chiante quand elle s’y met ^^ poke Chacha ;-D) !

Quand il est arrivé, Petit Monsieur avait 4 ans et demi. Les 6 mois de moins de différence entre eux par rapport à ma sœur et moi font beaucoup. Le fait d’être des p’tits mecs aussi. Ils ont tout de suite été complices, de vrais copains, et camarades de conneries… Le petit cherche et réclame souvent le grand. Le grand s’enquiert toujours des nouvelles du petit, de comment a été sa journée, de ce qu’il a fait, avec qui. Et puis il y a tout cet amour. Ce bébé qui n’était pas qu’à nous quand il a rejoint la famille, mais qui était aussi à son grand frère (« Avec Papa et maman, on va avoir un bébé disait-il) ! Les voir grandir ensemble fait chaud au cœur et rassure pour leur avenir. Ils ne seront jamais seuls. Ça se voit. Ça s’entend aussi… Mais ça s’est une autre histoire !!!!

Presque Lundi avec Alice et Zaza… Ces jours là…

Je re-bosse lundi… D’où mon retard au RDV du lundi… Mais je suis une warrior alors je me rattrape un jeudi mieux vaut tard que jamais mais vous me connaissez alors vous ne m’en tiendrez pas rigueur… Lundi, le thème était « le jour qui a changé ma vie »… Je n’ai pas encore eu le temps de lire toutes les copines mais ce thème n’a pas semblé facile… En effet, moi aussi je galère ! Parce que je suis de ceux qui pensent que ce n’est pas un jour qui change la vie, mais plutôt un acte, une décision, des choses diverses et variées, heureuses ou tristes même si on ne veut retenir que le meilleur, qui ne feront pas forcément rester en mémoire ce jour (après tout le jour ne sera qu’un point de repère) mais ce qui s’est passé ce jour là pour que la vie change. Et pour peu qu’on croit à l’effet papillon, on n’a pas fini de se prendre la tête ! Il y a le jour où j’ai décidé de faire ce stage en pleine cambrousse, sans savoir qu’il déboucherait sur un emploi sans la galère qu’on connaît, il y a le jour où j’ai rencontré Monsieur, le jour où j’ai décidé de lâcher du leste au boulot (c’est pas encore ça mais depuis je m’en porte tellement mieux !), le jour où j’ai décidé d’ouvrir un blog sans savoir que j’y rencontrerais des gens formidables et que j’y apprendrais à mieux connaître des gens que je connaissais déjà IRL, le jour où j’ai commencé à me former aux outils du numérique pour le boulot, etc.. etc.. et ce n’est pas fini.

SONY DSC

@desperatecouchpotatoe – Note pour plus tard : repriser ce jean de grossesse en version normale

Mais si il faut en retenir les plus importants parmi ces jours là, c’est sans aucun doute, et je vous préviens ce sera très bateau, les jours où je suis devenue maman. Certes je n’étais pas vraiment préparée à devenir maman, aux grossesses et à leurs tracas, au chamboulement émotionnel en pleine poire, à faire passer les besoin d’une autre personne avant les miens, à penser pour et autour de lui plutôt qu’en fonction de soi et de son environnement, mais malgré tout mon premier bébé n’a pas changé le quotidien tant que ça. Il faut dire que c’était une image. Quand je vois les parents qui te disent que ça change tout au niveau de la vie quotidienne, pour nous ce n’était pas le cas. Petit Monsieur se fondait partout, nous pouvions continuer à aller au resto pour peu que la poussette passe, il dormait comme il fallait où il fallait et excepté le cinéma pour le bien de ses petites oreilles, nous ne nous sommes pas privés.

Avec Mini Monsieur c’est une autre histoire. Si un enfant ne nous a pas changé la vie, hors mis le chamboulement émotionnel et tout cet amour j’entends bien, avec le deuxième ce fut différent. Les coliques, les angoisses, les cris, les pleurs autant pour bébé que pour moi, et encore aujourd’hui les journées seule avec les deux, c’est la course et c’est sport. Mais c’est chouette aussi. Etre maman n’a pas seulement changé ma vie au sens de mon quotidien, ça m’a changée, moi. En bien ou en mal, je ne sais pas. Je suis moins patiente, plus colérique, surtout envers eux. Et plus culpabilisée du coup, aussi ! Mais plus folle que jamais de mes deux petits bouts. Et ça ça n’a pas de prix ! Même si il faut pour cela remettre en cause toute une organisation et toute une personnalité !

#TFSA Sexy Boys (5)

Rien de tel pour se remonter le moral suite à mon coup de calgon d’hier qu’un TFSA spécial fantasmes… J’ai beau ne pas être très à jour en nouveautés séries, ça n’empêche pas de se rincer l’œil même sur les vieilles séries. Alors c’est le troisième top pour moi mais le cinquième pour la fine équipe du TFSA que je vous invite à aller voir pour vous stimuler la rétine. Personnellement je remercie Tequi de nous avoir remis un pêle-mêle de tous ses tops passés sur ce sujet ! On doit avoir à peu près les mêmes goûts car je n’ai rien à jeter dans tes 5 tops ! Voici donc mon top sans hiérarchie de préférence, je serai bien embêtée d’avoir à choisir !

4 – Lowell Tracy – I-zombie

J’ai du découvrir I-zombie peu de temps après mon précédent top sur le sujet et ce bon Lowell avait donc été zappé de la liste. Je corrige donc cette erreur sans plus tarder avec le top sexy boys de cette année !

****

3- Drake Holloway – I-zombie

Et puisque qu’on est dans I-zombie n’oublions pas Drake. Liv a du goût en matière de zombies ! Déjà que dans Starcrossed, Greg Finley était pas mal, son rôle plus intéressant dans I-zombie fait évidemment craquer.

****

2 – Roman – Star Crossed

Du coup j’enchaîne avec  Starcrosed car Roman n’était pas non plus désagréable à regarder, malgré ses tatouages bizarres d’atrien… !

****

1 –  TC Callahan – The Night Shift

Mon chouchou de l’année, puisqu’il en faut un, ce sera assurément TC❤

Summer Blues… #patatetriste

Il paraît que ça va mieux en le disant, en l’écrivant ça marchera peut être aussi…! Il y a quelques jours je te contais ce bel été et ces superbes souvenirs dans le rendez-vous d’humeur des copines du lundi. C’était chouette de se remémorer ces vacances encore si proches, partir en fin de saison, ça a ça de bien, tout est encore bien mûr dans la tête à la fin de l’été – tout y compris le bronzage encore bien doré, et cette année j’ai enfin eu l’occasion de bronzer, c’est dire si c’est top – bref je vais garder un pied dedans en te racontant mes découvertes de vacances les prochains jours… Parce que depuis lundi, ça ne va pas très bien.

Portée par des projets de vacances tout l’été, les sorties du week-end avec les enfants (pour la première fois en 11 ans de travail j’ai cet été eu pas mal de week-ends) et les copains des enfants, puis la semaine de vacances sur l’île d’Oléron, puis au retour ‘autres sorties et surtout, le gros projet de l’été, la préparation des 40 ans de Monsieur, j’ai été bien occupée, et avec toujours un but. Et puis samedi dernier, la frangine à la maison pour installer la super cabane do it yourself des enfants toute la journée, la belle-soeur en renfort l’après-midi pour faire des gâteaux, et la soirée d’anniversaire qui a eu lieu. Une superbe soirée, vraiment, même si au service tout du long j’en ai peu profité. Bon j’ai un peu merdé sur la bouffe et la boisson, avec 25 confirmations et 47 présents à l’arrivée, c’était un peu juste, mais tout le monde avait l’air tellement content, à commencer par le principal intéressé, si peu sûr de lui en amitié et voyant tout ce monde venu spécialement pour lui ! Tous ces sourires, ces remerciements pour mon organisation, toutes ces promesses de se revoir bientôt nous ont fait tellement au chaud au cœur… que l’atterrissage est rude. Le lendemain, pluie, le surlendemain reprise du boulot, et le quotidien qui revient, la météo qui va forcément décliner, le travail de week-end tout le mois, et plus de projet qui m’occupe à fond, je me sens triste à tel point qu’il m’arrive d’en pleurer…  La dépression saisonnière me guette ! Complètement à l’ouest la meuf !

Bien sûr il y a la rentrée en CP et ce nouvel emploi du temps avec des devoirs,  et il va y avoir les deux ans de mon Mini Monsieur, mon petit bébé qui grandit, avec un joli gâteau T’choupi que j’ai prévu de faire et encore du monde à la maison parce que deux ans c’est pas rien, mais pour le moment j’ai du mal à m’en remettre. Et ça m’énerve.

Une après-midi au Zoo… Le Zoo de la Flèche

Quand j’ai dit à Petit Monsieur qu’on allait visiter le Zoo d’une Saison au Zoo – son émission fétiche avec Fort Boyard – sur la route des vacances, il a sauté de joie. Dire qu’en plus notre destination après cette pause était Boyardville, imaginez pour lui les vacances de rêve…

Si tu me lis depuis un moment, tu sais que chez nous les zoos c’est un peu une  habitude. On ne va pas refaire le débat sur la captivité des animaux, même si je sais être critique à ce sujet la plupart des zoos que j’ai visités sont de la génération respectueuse et œuvrant pour la sauvegarde et la reproduction des espèces. Et tout le monde sait qu’une espèce qui se reproduit est une espèce qui vit correctement, même en captivité. On sera tous d’accord pour dire qu’évoluer dans son milieu naturel est le mieux pour les animaux, mais je reste une visiteuse de zoos, surtout quand ils y sont bien traités. Et à quelques exceptions près (les ours par exemple), sur la plupart des zoos que j’ai vus, ils semblaient bien traités.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est le cas à la Flèche. Le Zoo le plus médiatisé de France grâce à l’émission Une Saison au Zoo  sait en effet comme le montre le programme bien s’occuper de ses hôtes, même au détriment de ses visiteurs, et je trouve ça plutôt pas mal. J’en ai vu en effet en cette journée très chaude se plaindre qu’on ne voyait pas assez les animaux. Mais c’est plutôt bien je trouve, de savoir qu’eux aussi ont le droit à des cachettes ombragées pour leur bien être mais aussi pour se cacher du public.

Et c’est un chouette Zoo ! Les allées et la déambulation sont agréables, tout est nickel chrome, on circule aussi bien à pied qu’en poussette, des aires de détente permettent de pique-niquer sans utiliser les restaurants du zoo, qui au demeurant s’intègrent bien dans l’espace à l’instar des snacks parcs d’attraction qu’on a l’habitude de voir. Le Zoo n’est pas gigantesque, on y passe donc une après-midi sans frustration de ne pas avoir « tout vu », mais il y a aussi de quoi y passer la journée sans problème avec les goûters de certains animaux, et les traditionnels spectacles d’otaries et rapaces, voire plusieurs jours car des animations type « immersions » sont p^proposées. Vous pouvez ainsi devenir soigneur d’un jour en intégrant l’équipe, ou même dormir sur place dans des lodges avec vue sur différents espaces du parc. Les animaux ont l’air de s’y plaire, déjà ils sont de l’espace car c’est un zoo moderne. Il y a d’ailleurs pas mal de naissances enregistrées, ce qui est généralement un signe que les animaux vivent bien. Une journée chaude comme celle-ci, évidemment pas mal de félins étaient cachés en sieste, et pourtant, qui ont accueilli des petits récemment nous ont permis de belles photos de famille.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon seul bémol, l’ours polaire qui comme à la Palmyre et comme l’ours brun de Beauval, tourne en rond. La stéréotypie, cette pathologie propre aux animaux victimes d’ennui et cloisonnés, se répercute ici comme ailleurs… Il a pourtant beaucoup d’espace que dans les deux autres, mais force est de constater que la captivité ne réussit pas ours. Il n’y a qu’à Cerza que j’avais vu un grizzly qui semblait peinard. Les ours bruns de La Flèche aussi y semblent assez bien, et pour cause leur espace (surplombé d’ailleurs par un des lodges) est assez naturel: dénivelé , roche, plan d’eau avec cascade et espace boisé… Quand l’Ours polaire a certes un grand bois mais comme plan d’eau une piscine vitrée qui donne sur des gradins où le public peut l’observer à loisir, on comprend vite pourquoi l’un se plaît et l’autre non… Les ours sont des chasseurs et les polaires peuvent parcourir des kilomètres chaque jour, c’est assez facile de comprendre en quoi la captivité peut leur faire péter un plomb. Alors sans refaire le débat sur les zoos, je serais plutôt pour qu’on en exclue les ours, suite à ces différentes expériences de visite…

Assez sympa pour les enfants qui connaissent l’émission, voir les soigneurs qu’ils voient à la télé. Si Petit Monsieur n’en a reconnu aucun, j’ai vu un petit garçon les yeux plein d’étoiles en faisant signer son autographe ! Par contre, Petit Monsieur a apprécié de voir les caméras de l’émission et n’en sera que plus assidu quand il regardera la prochaine saison ! D’ailleurs si vous voyez à l’écran une maman galérer pour attraper un bébé qui court partout en hurlant, il y a des chances que ce soit moi attrapant Mini Monsieur, qui évidemment ravi de découvrir tous ces animaux avait un mal fou à remonter dans sa poussette…

Verdict, le Zoo de la Flèche est à voir, agréable, de taille raisonnable, propre et bien aménagé, ce qui le place en deuxième après la Palmyre dans mon Top Zoos !

Et toi alors tu connais, tu as aimé ? Dis moi tout ! A bientôt pour la suite de mon récit de vacances !