Et les (vraies) nuits furent !

Un bébé ne fait pas l’autre. On se l’entend assez répéter toute la journée quand on a un deuxième enfant qu’on finit par ne plus avoir envie de rien raconter. Bon c’est vrai que moi avec mon Petit Monsieur bébé parfait, j’ai dû énerver tout le monde, alors tu penses bien qu’aujourd’hui ils s’en donnent à cœur joie. Tu le posais dans un coin il te regardait en souriant, il ne bougeait pas, il piquait son roupillon, se réveillait sans chouiner, jamais malade, sans compter sa précocité (je te l’ai déjà dit que mon fils était un génie ?! Comme le tien d’ailleurs j’imagine 🙂 !). Et il a fait ses nuits à 6 semaines alors qu’il était allaité (des nuits de 8h, parce qu’à deux mois c’était des nuits de 10 à 12h, des vraies nuits comme on les aime quoi !). Bref, il avait mis la barre bien haut.

Mais moi je croyais que tous les bébés étaient comme ça du coup (pas cool le Petit Monsieur de nous faire croire des conneries pareilles) ! Le nombre de potes qui en oint chié avec le premier et ont trouvé le second du coup beaucoup plus facile, et nous il faut que ce soit le contraire. C’est là que tu te rends compte que ton seuil de tolérance est proche de zéro. Je sais, c’est pas beau de comparer, mais tu ne peux pas faire autrement, déjà que tu compares avec les gosses des autres, alors avec les deux tiens, imagine !

Parce qu’en vrai, mon Mini Monsieur, il est cool aussi. Dans le même genre que son frère, le genre bébé parfait. Tout le monde nous le dit quand on l’emmène quelque part. Car les bébés ont ceci de formidable, qu’ils te font passer pour un intolérant parent indigne qui ne supporte pas le bruit. Ou qui ment, c’est au choix. Parce que quand tu les sors, c’est nickel chrome. C’était peut être ça la solution, en fait, aller jumper à droite et à gauche tous les soirs ? Non, en vrai il est quand même cool. Tu le poses dans un coin  sur tes genoux, il te regarde en souriant, il se marre même (il se fout de ta gueule ? Oui c’est possible, en même temps faut avouer que devant un bébé on fait souvent un peu les débiles), il ne bouge pas (sauf pour choper tout se qui passe dans son champ de vision), il pique son roupillon (après avoir poussé sa gueulante quand même, faut pas déconner non plus). Pas trop malade, juste ce qui va avec les bébés d’hiver en crèche (je sais ce que c’est qu’une bronchiolite au moins maintenant). Et côté précocité, c’est bien entendu un génie aussi, oui il attrape déjà plein de trucs (pour les mettre à la bouche).

En même temps quand tu regardes les stats, tu te dis que t’es vachement exigeante… (source Pampers)

Et si il nous a épaté ses premiers jours en dormant des périodes de 5h de suite (petit aparté, quand tu lis les bouquins de puéri, on te dit qu’on considère qu’un bébé qui fait ses nuits dort 5h de suite), il a vite changé son record de sens… Bon ok, il y a eu ses satanées coliques (je te rappelle vite fait : une tétée = deux heures de cris + une heure de dodo puis rebelote). Je te dis pas la gueule de mes nuits à moi, et de celles de Monsieur accessoirement, qui lui se lève à 6h le matin. Sauf que moi je suis incapable de siester en journée, que lui oui, donc lui il récupérait, pas moi. Donc d’après les livres, 5h c’est une nuit. Et une petite collègue de me dire que c’était galère parce que le sien à 3 mois ne faisait pas encore ses nuits : comprendre dormir de 21h à 6h (quand mon mien à trois semaines piaillait de 21h à 8h du mat). Tu veux des baffes ?

Ceci dit, maintenant, je peux la tacler tranquille. Après l’arrêt des coliques vers deux mois et demi grâce aux probiotiques, puis une nouvelle séquence à l’arrêt des probiotiques, puis du mieux au retour des probiotiques, on a commencé à souffler. Et accessoirement à dormir. Pour de vrai.

Et puis il y a trois semaines, je ne sais pas ce qui lui a pris, il a décidé de se réveiller à 3h ou 4h du mat (au choix selon les nuits). Alors je te passe les répliques habituelles des « gens » (tu sais qu’il ont tendance à me taper sur le ciboulot) sur la qualité et la quantité de mon lait, toujours est-il que vu le bon gabarit, je me suis dit qu’il était peut-être temps de commencer la diversification. A 5 mois avec une taille et un poids équivalent à ceux de son frère quand il en avait 6, ça revient au même finalement. Alors j’ai tiré mon lait du soir et ajouté de la farine aromatisée aux légumes (des blédines quoi). Eurêka ! Il avait juste besoin d’être plus calé, d’avoir d’autres apports, il était temps de varier son alimentation. Du coup, j’en ai profité pour commencer les petits pots le midi, je te raconterai plus tard, car ça aussi c’est sport (le frangin bien sûr avait commencé à la cuillère le plus naturellement du monde).

On re-dort. On peut dire qu’il nous fait enfin de vraies bonnes nuits (bon sauf quand il tousse, mais ça c’est une autre histoire, vivement le printemps!…)

On va pouvoir le mettre dans sa chambre ! Déjà 😦

Publicités

2 réflexions sur “Et les (vraies) nuits furent !

Ce blog adore les commentaires, lâchez-vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s